Roman

Dans le murmure des feuilles qui dansent d’Agnès Ledig

Dans le murmure des feuilles qui dansent

Autrice : Agnès Ledig

Lu par Jessica Monceau

suivi d’un entretien avec l’autrice

8h18

Audiolib, 2019

Albin Michel, 2018

 

résumé Pour aider à l’écriture de son roman, Anaëlle engage une correspondance avec Hervé, procureur de province, qui très vite se passionne pour ces échanges épistolaires. De son côté, Thomas, un menuisier, met sa connaissance des arbres et des sous-bois au service de son petit frère hospitalisé. C’est dans une petite maison que ces deux destins finissent par se croiser.

 


Extrait lu par Jessica Monceau

cequejenaipensé Agnès Ledig fait partie de ces auteurs dont j’attends toujours avec impatience le nouveau roman. Grace à Audiolib, j’ai donc découvert son dernier sous sa forme audio avec un réel plaisir! La voix de Jessica Monceau est parfaite pour ce récit. Et en plus en bonus, dans cette version, un entretien avec l’autrice est disponible sur la dernière piste. : un réel plus qui éclaire sur la direction de son histoire, le choix de ses personnages.
Comme pour chacun de ses titres, on passe des rires aux larmes. J’aime vraiment vivre cette palette d’émotion !
En terminant de rédiger sa lettre, Anaëlle se demande si Hervé espère encore en recevoir d’elle, s’il est fâché, déçu, en colère. Elle ne s’est pas rendu compte du temps qui passait, trop occupée à ses soins. Elle était surtout à mille lieues d’imaginer qu’il puisse attendre à ce point. C’est en découvrant les trois missives du procureur à son retour, qu’elle en a pris conscience.
Ici, Agnès Ledig mélange le roman classique avec le roman épistolaire.  Annaëlle, secrétaire médicale, écrit un roman et a besoin d’éclaircissement pour la crédibilité de son récit : elle décide alors de contacter un ancien intervenant qu’elle a rencontré lors de ses études, le procureur de la république Hervé Leclerc. Il va répondre à ces interrogations avec plaisir et ce sera le début d’un long échange épistolaire entre tous les deux. Un échange innocent qui fait naître une réelle complicité entre Annaëlle et Hervé, et une jalousie possessive de la part de la greffière du procureur, Jocelyne. Cette dernière couve son procureur et voit d’un mauvais œil ces échanges qui ne lui semble pas anodins. D’autant plus qu’Hervé s’amuse de sa réaction et la provoque.
– Ah oui, au fait, précise-t-il en revenant sur ses pas, si l’idée vous traversait l’esprit de chercher cette fameuse lettre qui vous intrigue, je l’ai rangée dans ma sacoche.Sa main gauche tapote ladite sacoche comme pour donner un peu plus de relief à ses propos.Comme si la greffière était le genre de personne à fouiner dans les courriers…Le procureur a pourtant raison. Il suffit à Jocelyne d’un maigre signe pour que le doute s’installe à tout jamais dans la vis sans fin qui lui sert de cerveau et qui, dès lors, tournera jusqu’à obtenir des réponses.Toujours cet irrépressible besoin de savoir.
Au cours de ses échanges, on découvre un procureur coincé dans sa vie, pas forcément épanoui, et qui respire à chaque nouvelle lettre d’Annaëlle. Cette dernière se dévoile peu à peu dans ces échanges, sur qui elle est devenue, sur ses nouveaux défis. Le lecteur à plus de chances que ces deux-là qui doivent attendre leur courrier mutuel : le roman prend la suite entre chaque échange et on les voit évoluer dans leur quotidien. On découvre ainsi une Jocelyne qui nous paraît être le stéréotype de la greffière, vieille fille, malheureuse dans la vie, acariâtre, amoureuse de son patron. mais elle est plus que ça. Agnès Ledig a voulu lui donner un autre rôle dans son récit et on finit par avoir un sentiment de pitié pour elle.
En ce qui concerne Hervé, j’ai eu un peu plus de difficultés avec lui. Son comportement est parfois ambigüe et peu sympathique, que ce soit avec Jocelyne ou Annaëlle. Par contre, j’ai adoré le personnage d’Annaëlle, une jeune femme pleine de vie et de niaque. Elle a dû affronter une épreuve tragique quelques temps auparavant et elle a une énergie qui force le respect. Elle est douce, philosophe, compatissante, gentille et on ne peut que tomber sous le charme de ce personnage.
– Tu perds tes cheveux à cause des médicaments dont ton corps a besoin pour soigner ta maladie. Tu sais, l’hiver, on pense que les arbres ne font plus rien, mais ils sont en dormance et ils en profitent pour soigner toutes leurs petites blessures de l’année et certaines maladies. Tu vois, vous en êtes au même stade. Tes cheveux repousseront dès que ton printemps reviendra, je te le promets. Et tu seras encore plus fort. Les arbres se tiennent debout, par tous les temps.
En parallèle de cet échange, on fait la connaissance de Thomas, menuisier en charge de la rénovation de la nouvelle maison d’Annaëlle. Il se démène entre son boulot et son devoir envers son petit frère, atteint d’une leucémie. Ces journées sont intenses et difficiles. Il se plie littéralement en quatre pour arriver à joindre les deux bouts et être le plus possible aux côtés de Simon, son petit frère. Il lui parle alors avec passion des arbres, de la forêt, de la nature. Leurs échanges sont beaux, pleins de poésie, tendres, et souvent très émouvants. La fragilité et le combat que doivent mener Annaëlle et Thomas vont les rapprocher d’une certaines façons. Ils vont se soutenir, s’apaiser, avancer.
Bien des jours, Thomas pleura. En silence, la joue posée sur l’oreiller. Les larmes coulaient doucement puis imprégnaient sa taie en flanelle. La froideur du chagrin absorbée par la douceur du tissu.Pas d’effusion, pas de rage. Ou alors tout intérieure. De celle qu’il est inutile de crier puisque personne n’écoute. Une colère monstre contre le destin. Une soif de vengeance, aussi. Thomas l’a éprouvée, au début, mais contre qui ? Personne n’est responsable. La faute à pas de chance, à un ensemble de facteurs, à ces choses que la société engendre sous couvert de progrès ou de gains financiers, sans se demander si ce sera délétère pour l’homme. Personne n’est responsable et tout le monde à la fois. Alors, contre qui se venger ?Et puis, pourquoi ? Thomas a vite compris que la vengeance ne supprime pas la colère. Il préfère donc la disséminer sur les chemins de forêt, dans les arbres, dans les flaques et les fougères. Dans toute cette nature immense qui n’a que faire des émotions humaines et qui offre en retour et sans conditions la paix d’un vent qui souffle et de feuilles qui bruissent. Il troque sa rage et l’insupportable injustice contre de belles images à transmettre à Simon pour qu’il oublie le reste. Les perfusions, les nausées, les douleurs dans le ventre, dans le dos, dans les jambes, chaque jour, à chaque instant, et depuis des semaines. Un enfant de huit ans n’a pas à vivre tout ça. Et pourtant, il l’affronte.
Une fois de plus, Agnès Ledig nous offre un roman émouvant, humain et sincère. L’entretien en dernière piste de l’Audiolib nous permet d’apporter un éclairage supplémentaire sur les thèmes abordés ici comme la nature et les arbres (j’étais sûre qu’elle avait l’essentiel La Vie secrète des arbres : que je vous conseille vivement!), la maladie, les défis à surmonter dans une vie…
Et comme je disais en début de ce billet, l’actrice Jessica Moreau, avec son grain de voix si particulier, apporte une touche supplémentaire de douceur et de naturel à cette histoire. J’aurai aimer continuer encore quelques heures à écouter leur histoire, cette voix… et j’espère les retrouver dans une suite (comme pour On regrettera plus tard)
12992811_10209213650040435_505270499_n Un roman doux, humain, émouvant… comme à chaque fois avec Agnès Ledig !

Une réflexion sur “Dans le murmure des feuilles qui dansent d’Agnès Ledig

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #402# |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s