Roman

Mamma Maria de Serena Giuliano

couv7908659-1Mamma Maria

Autrice : Serena Giuliano

234 p.
Pocket, 2021

Sous le coup d’une déception amoureuse, Sofia a quitté Paris pour son petit village natal de la côte amalfitaine. Là, la jeune traductrice respire enfin. Attablée à sa place habituelle, sur la terrasse du Mamma Maria, le bonheur est simple comme un espresso au soleil ou une chanson d’Adriano Celentano… Ce caffè, c’est le cœur du village, le rendez-vous des jeunes, des vieux, dans le généreux giron de la patronne, Maria, leur mère à tous.
Or ce matin-là, pour la première fois depuis des lustres, il s’est glissé comme une fausse note dans la partition. Le vieux Franco ne s’est pas présenté pour son éternelle partie de scopa… La fin de la dolce vita ?
cequejenaipensé Depuis ma découverte de la plume de Serena Giuliano avec son pétillant Ciao Bella, il me tardait de replonger dans son univers. C’est désormais chose faite avec son second roman Mamma Maria.
Maria ah Maria! Quelle femme! Son café est le cœur du village, tout s’y passe, tout s’observe et se commente. Bref, tout se vit ! Et c’est là, à Amalfi, que Sofia a décidé de revenir. Elle vient de rompre et a besoin de se ressourcer. L’avantage de son métier, traductrice, c’est qu’il peut se faire de n’importe où. Alors pourquoi pas dans son village natal ? Elle y retrouve ses amis, sa famille de cœur et sa Maria. très vite, elle prend des habitudes. Le café le matin chez Maria, les parties de cartes avec les habitués… Et Sofia a le cœur sur la main, elle aime aider et prendre soin des autres, quitte à en oublier un peu son travail. Mais un matin, l’un deux, Franco, ne vient pas. Et il veut que Sofia vienne le voir! Et seulement elle ! Quel mystère !
L’écriture vivifiante de Serena Giuliano m’a transporté dans ce petit village de la côte sud-ouest de l’Italie. Une ville colorée, où il fait bon vivre. Et puis le bar de Maria! Un bar foisonnant de vie, de rire, de la voix de Maria, une femme de caractère, une Mamma à l’italienne. L’autrice construit son récit à travers deux regards : ceux de Maria et de Sofia, deux générations différentes, généreuses chacune à sa façon. On apprend à les connaître en très peu de temps. Et en très peu de temps on aimerait qu’elles fassent partie de nos vies en vrai et pas seulement le temps de quelques pages. Sofia est altruiste, à l’écoute des autres, douce. Maria est exubérante, râleuse, protectrice. Elle a parfois des idées un peu arrêtées mais elle finira quand même par nous surprendre. C’est vraiment LE personnage de son roman.
Tandis qu’ils s’installent, je prépare un cappuccino pour mon petit-fils. Avec une part de torta Caprese. Et un ristretto à sa mère, avec un croissant à la crème.
Parce que je sais qu’elle préfère les Cornetti fourrés à la confiture.
Alors je la regarderai se lever imperturbablement, comme elle le fait depuis des années, passer derrière le comptoir et procéder elle-même à l’échange.
J’admets que l’emmerder est mon passe-temps favori.
J’ai aimé la façon dont l’autrice amène le cœur de son intrigue dont elle nous mène sur le chemin de la solidarité, de l’espoir et de la tolérance avec sa touche à la fois sensible et pleine d’humour.  Elle a opté un sujet difficile mais l’aborde de façon intelligente, ouverte, amenant à la réflexion et au dialogue.
Dans ce roman, on est en Italie. On la sent, on l’entend, on la goûte, on la boit ! Et on y voyage grâce à de courtes cartes postales écrites par Sofia : elle déclare sa flamme à son pays. Par ses yeux, par ses mots, elle nous montre à quel point il est beau. Et on a bien envie d’y être aussi !
Je suis depuis un bon moment maintenant Serena Giuliano sur les réseaux et j’aime sa fraîcheur et son humour. J’en ai d’autant plus apprécié les nombreux clins d’œil à sa vie, à ses amitiés (même si je ne les ai sans doute pas tous vu!). Quoi qu’il en soit, ses livres sont comme elle !
– Nenné, c’est quoi, ça ?
– Eh bien, c’est une assiette avec un morceau de viande. Du bœuf, je dirais.
– Non, mais à côté du bœuf.
– Ah oui… Des pâtes.
– DES PÂTES ET DE LA VIANDE DANS LA MÊME ASSIETTE?! crie Ugo.
– C’est une ignominie, surenchérit Franco.
– J’ai envie d’aller les frapper… » lance Maria, toujours modérée.
 
A la fin de ma lecture, j’avais envie de partir à Amalfi, de me remettre à l’italien, d’embrasser Maria, de boire un Amalfitano au soleil, de manger des pâtes,… et je me suis sentie orpheline en quittant toute cette galerie de personnages plein de vie et d’amour…

2 réflexions sur “Mamma Maria de Serena Giuliano

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s