Challenge 1% Rentrée littéraire 2014/Roman

Contrecoups de Nathan Filer


Titre : Contrecoups

Titre original : The shock of the fall

Auteur : Nathan Filer

trad. de l’anglais (Grande-Bretagne) par Philippe Mothe

346 p.

Michel Lafon, 2014
Résumé:

Matthew a 19 ans, et c’est un jeune homme hanté. Par la mort de son grand frère, dix ans auparavant. Par la culpabilité. Par la voix de Simon qu’il entend partout, tout le temps…
Matthew a 19 ans et il souffre de schizophrénie, une maladie qui « ressemble à un serpent ». Pour comprendre son passé et s’en libérer, Matthew dessine, écrit. Il raconte l’enfance étouffée par la perte, la douleur silencieuse de ses parents ; l’adolescence ingrate brouillée par les nuages de marijuana ; la lente descente dans la folie, l’internement… Mais aussi, avec un humour mordant, le quotidien parfois absurde et toujours répétitif de l’hôpital psychiatrique, les soignants débordés, l’ennui abyssal… Et le combat sans cesse renouvelé pour apprivoiser la maladie, et trouver enfin sa place dans le monde.
Bouleversant, tourmenté, souvent drôle, Contrecoups est un roman tendre et courageux, porté par une voix absolument unique.

********************
Les premiers mots
Je l’avoue, je ne suis pas quelqu’un de bien. Des fois, j’essaie, mais souvent je n’y arrive pas. Alors quand mon tour est venu de me couvrir les yeux et de compter jusqu’à cent… j’ai triché.
********************

Mon avis

Je ne sais pas trop comment commencer pour vous parler de ce roman. Une chose est sûre : c’est qu’il est à part, qu’il est unique, qu’on le remarque, qu’on y entre pour ne pas en ressortir indemne.

C’est un roman qui parle d’amour fraternel, de maladie, de culpabilité… C’est un roman qui nous parle. C’est un roman bouleversant, émouvant, captivant…C’est un roman qui ne peut laisser son lecteur indifférent.

Matthew, le narrateur, nous raconte la « première » partie de sa vie (car comme il le dit « Cette histoire n’a pas de fin. Pas vraiment. Comment en aurait-elle une alors que je suis toujours là, toujours dedans? »). Matthew est un jeune homme de 19 ans. Dès le début on sait que quelque chose ne va pas chez lui. On ne sait pas quoi (sauf si on a lu le résumé! 😉 ) mais les pièces de son puzzle se mettent en place petit à petit. On comprend qu’il est littéralement hanté par son jeune frère, mort dix ans auparavant. De ses mots, on sent une terrible culpabilité qui le ronge, il est tourmenté mais tente d’avancer dans sa vie.

Ses tourments, nous, lecteurs, nous les ressentons au fil des pages. Matthew se raconte à sa façon. On est ballotté entre ses réflexions, ses bribes de passé qui remontent à la surface. La construction de ce roman fait que le lecteur s’implique dans la narration. Le narrateur s’adresse directement à lui, et en employant la première personne du singulier, il a l’impression d’avoir une sorte de conversation dont il faut suivre le fil. Par ailleurs, l’éditeur Michel Lafon (et je suppose que la version originale est construite de même) a également joué le jeu de cette dualité de narration dans sa mise en page. Par exemple, à un moment donné, une page est consacrée à un souvenir, et quand on tourne la page, on passe sans transition au présent, puis à la page suivante on retourne une nouvelle fois au passé. Par ailleurs, le récit est parsemé d’illustrations de Matthew, et cela rajoute une touche de personnalité à ce roman.

Nathan Filer, l’auteur, est infirmier psychiatrique. Il a écrit ce roman lors de son master de création littéraire. il a mis son vécu, son expérience au service de sa plume. Et c’est bien pour ça que ce roman respire une vérité, une réalité dure. J’ai ressenti au plus profond de mon être les émotions envoyées par Matthew. J’ai refermé ce livre hier mais je sais que Matthew va m’accompagner un moment. Il est de ces personnages inoubliables, auxquels on s’est attaché.

 

En bref…

Un roman unique, sublime. Un bijou littéraire!

Merci à Petitebelge pour m’avoir permis de lire ce magnifique roman! 🙂

Nathan Filer

challengerl2014


6 réflexions sur “Contrecoups de Nathan Filer

  1. Je l’ai terminé la semaine dernière… mon billet est écrit et sera publié je ne sais trop quand. C’est une lecture étrange pour moi… je suis restée à l’extérieur. Toutefois, je ne savais pas que l’auteur avait de l’expérience en psychiatrie… je trouvais justement que cet aspect était super bien développé et démontré.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s