Roman policier

L’Enfant allemand de Camilla Läckberg

couv40662254Titre : L’Enfant allemand

Titre original : Tyskungen

Auteur : Camilla Läckberg

traduit du suédois par Lena Grumbach

455  p.

Actes Sud, 2011 (Actes noirs)

Résumé :
La jeune Erica Falck a déjà une longue expérience du crime. Quant à Patrik Hedström, l’inspecteur qu’elle vient d’épouser, il a échappé de peu à la mort, et tous deux savent que le mal peut surgir n’importe où, qu’il se tapit peut-être en chacun de nous, et que la duplicité humaine, loin de représenter l’exception, constitue sans doute la règle. Tandis qu’elle entreprend des recherches sur cette mère qu’elle regrette de ne pas avoir mieux connue et dont elle n’a jamais vraiment compris la froideur, Erica découvre, en fouillant son grenier, les carnets d’un journal intime et, enveloppée dans une petite brassière maculée de sang, une ancienne médaille ornée d’une croix gammée. Pourquoi sa mère, qui avait laissé si peu de choses, avait-elle conservé un tel objet ? Voulant en savoir plus, elle entre en contact avec un vieux professeur d’histoire à la retraite. L’homme a un comportement bizarre et se montre élusif. Deux jours plus tard, il est sauvagement assassiné… Dans ce cinquième volet des aventures d’Erica Falck, Camilla Läckberg mêle avec une virtuosité plus grande que jamais l’histoire de son héroïne et celle d’une jeune Suédoise prise dans la tourmente de la Seconde Guerre mondiale. Tandis qu’Erica fouille le passé de sa famille, le lecteur plonge avec délice dans un nouveau bain de noirceur nordique.
********************
Les premiers mots

Seul le bourdonnement frénétique des mouches troublait le silence de la pièce. L’homme assis sur la chaise ne bougeait pas. Cela faisait un moment qu’il n’avait pas bougé.

********************

Ce que j’en ai pensé

A la fin du précédent roman, Camilla Läckberg nous laissait avec pleins de questions. Erika était monté au grenier et avait découvert une vieille malle contenant des dessins d’enfants (les siens et ceux de sa sœur Anna) mais aussi une petite brassière de bébé tâchée de sang entourant une médaille nazie. Ce coffre appartenait à sa mère, Elsy. Pourquoi? à qui? comment? Pour Erika, sa mère était déjà un grand mystère mais là il s’épaissit encore plus. Alors elle va se mettre à enquêter sur son histoire familiale.
En parallèle, Martin et sa nouvelle équipière Paula (Patrick a pris un congé pour s’occuper de Maja), vont enquêter sur la mort d’un retraité passionné par la Seconde Guerre mondiale.  Ils vont devoir remuer le passé et mettre à jour des secrets… Quand un second meurtre a lieu… une amie de jeunesse de la première victime. A l’époque ils formaient une bande, et la mère d’Erika en faisait partie.

J’ai été une nouvelle fois passionnée par cette nouvelle enquête où passé et présent se mêlent, où le passé refait surface. Retrouver un peu plus Erika m’a également fait plaisir. Après son année consacrée à sa petite fille, elle reprend sa place d’enquêtrice à part entière. Bien sûr Patrick n’est jamais loin (heureusement!) et il la seconde et la soutient dès qu’elle en ressent le besoin (j’aime d’ailleurs beaucoup leur complicité et leur confiance mutuelle). Dans cette quête, Erika va passer par toute une palette de sentiments : découvrir le vrai visage de sa mère (à travers ses journaux intimes et les témoignages de ses anciens amis) va lui faire l’effet d’un électrochoc. Elle va enfin comprendre pourquoi sa mère était si distante, si peu attachante et aimante envers ses enfants.
Par ailleurs, j’aime beaucoup lire des romans qui se déroulent à l’époque de la Seconde guerre mondiale. Ici j’ai découvert une nouvelle facette de cette période : les pays nordiques et leurs implications/rôles dans cette guerre. Même si ici on ne rentre pas forcément dans les détails (c’est un polar et non un essai historique), il est intéressant d’en savoir un peu plus. Et puis, avec la plume de Camilla Läckberg, le mélange histoire/enquête/secret prend forme sous nos yeux et nous captive.

En bref…
Encore une fois (et oui!), j’ai apprécié la façon qu’à l’auteur de mener son récit. Elle nous balade entre histoire et Histoire, montre les implications des actes du passé sur le présent et en profite pour faire un portrait de la société suédoise d’aujourd’hui.

 

3 réflexions sur “L’Enfant allemand de Camilla Läckberg

  1. C’est intéressant d’avoir ton point de vue. Je viens de lire La princesse des glaces et j’avoue que je n’ai pas été séduit. J’ai appris récemment que Camilla Läckberg avait continué cette série. Vu cette première expérience plutôt décevante, je me dis que cette série n’est pas pour moi…

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s