Roman "jeunes adultes"

Mauvais fils de Raphaële Frier

MF_CV.inddTitre : Mauvais fils

Auteur : Raphaële Frier

95 p.

Talents hauts, 2015 (Ego)

Résumé :

Fils unique, Ghislain a du mal à être ce que l’on attend de lui : un bon élève, viril et surtout hétérosexuel. Devant ses résultats médiocres au lycée, son père le pousse à se former au métier d’électricien, un vrai métier d’homme. Après des journées à cacher des fils et poser des prises, Ghislain passe ses soirées dans des bars gays où il vit ses premières expériences sexuelles. Lorsque son père s’en aperçoit, il le met à la porte. Un suspens psychologique de bout en bout.

********************
Les premiers mots

Je n’ai jamais pensé que mes parents s’engueulaient à cause de moi, j’ai toujours su qu’ils ne m’avaient pas attendu pour commencer.

********************

Ce que j’en ai pensé

Ghislain est mal dans sa peau. Il a honte de lui, de ce qu’il est. Il craint les réactions de ses parents, surtout de celle de son père, le jour où il saura. Il a tout essayé pour changer, être comme ce qu’on attendait de lui. Mais voilà, il faut se rendre à l’évidence : il préfère les garçons. Comme tout ado, il va se chercher, vivre des expériences et se trouver. Quand son père finira par apprendre la vérité, il le mettra à la porte. Ghislain n’a alors pas d’autres choix que de se débrouiller par lui-même et heureusement pour lui, il pourra compter sur l’aide d’un ami plus ouvert d’esprit que son père. Sa nouvelle vie s’annonce difficile mais il veut être heureux et vivre pleinement.

Le roman de Raphaële Frier est puissant. Elle a su se mettre dans la peau de cet ado fragile, peu sûr de lui. Ses mots percutent, frappent juste. Ghislain a dès le départ des mots durs, violents envers lui même. Depuis toujours, il doit entendre ces mots  dans la bouche de son père. Des mots qui blessent, qui insultent. Des mots de haine envers les homosexuels. Alors Ghislain s’insulte, se diabolise, se dévalorise. Et puis, l’idée fait son chemin et il se met face à la réalité : il est comme il est. Rien ne pourra le changer et il faudra que son père l’accepte ou pas. Et finalement être loin de ce père haineux, intolérant, peu ouvert, va lui donner enfin la confiance en lui qui lui manquait. Il va finir par s’accepter et vivre libre. Et peut-être trouver aussi l’amour qu’il désire tant…
J’ai particulièrement apprécié la façon dont l’auteur aborde ce thème de l’homosexualité chez l’adolescent. Il y a un vrai travail d’introspection. C’est un roman de suspens psychologique. On se demande tout le long si Ghislain arrivera à passer outre l’autorité de son père, s’il finira enfin par s’accepter, à aller de l’avant, s’il s’autorisera à être heureux… Ghislain est un personnage en colère contre toutes ces injustices mais surtout contre son père. Il aimerait pouvoir avoir une vraie discussion avec lui, se faire accepter… Au final, c’est le but de Ghislain : malgré tout, il veut en discuter avec son père.

Et puis, il y a cette fin : inattendue, brusque, rapide… mais avec le recul (entre le moment où j’ai tourné la dernière page et maintenant où j’écris cette chronique), je me rends compte que c’est la fin qui convient à ce roman : une fin percutante comme l’est son style, une fin rapide comme a été le choix radical du père envers son fils, une fin poignante comme a été l’histoire de Ghislain.

En bref

 Mauvais fils est donc un roman fort, puissant, où beaucoup de vérités sont dites.

 

 

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s