Roman policier

Noir comme la mer de Mary Higgins Clark

Noir comme la mer

Titre original : All by myself, alone

Auteure : Mary Higgins Clark
trad. de l’anglais (États-Unis) par Anne Damour
355 p.
Albin Michel, 2017 (Spécial suspense)

résuméLa croisière promettait d’être sublime. Mais peu après avoir levé l’ancre, le luxueux Queen Charlotte est le théâtre d’un mystérieux assassinat : celui de lady Em, une riche octogénaire. Et son inestimable collier d’émeraudes, censé avoir appartenu à Cléopâtre, a disparu… Le coupable est à bord, sans aucun doute. Mais qui est-ce ? Son assistante apparemment dévouée ? Le jeune avocat qui voulait persuader lady Em de rendre le collier à l’Égypte, son propriétaire légitime ? Ou Célia Kilbride, l’experte en pierres précieuses qui s’était liée avec la vieille dame ? La liste des suspects s’allonge au fur et à mesure que le Queen Charlotte fend les flots et que la croisière tourne au drame. Préparez-vous à embarquer avec une Mary Higgins Clark toujours aussi surprenante dans le rôle du commandant de bord pour une croisière dont vous ne reviendrez. peut-être pas.

çacommencepar Amarré à son poste sur l’Hudson, le Queen Charlotte s’apprêtait à appareiller pour sa croisière inaugurale. Incarnation même de la magnificence, il était comparé au premier Queen Mary, voire au Titanic, tous deux considérés au siècle dernier comme les parangons du luxe sur mer.
cequejenaipensé La croisière s’amuse? Non pas vraiment quand c’est Mary Higgins Clark à la barre!
On retrouve le couple d’enquêteur que l’on a déjà pu croiser dans différentes aventures de l’auteure Alvirah et Willy Meehan : Ne pleure pas ma belle, Une si longue nuit, Meurtre à Cap Cod, Le billet gagnant… Alvirah et Willy ont gagné à la loterie quelques années auparavant et profitent raisonnablement de leur fortune. C’est ainsi qu’il se retrouve pour fêter leur 45 ans de mariage dans le voyage inaugurale du magnifique bateau de croisière le Queen Charlotte. Tout y est pensé pour le bien-être de ses riches voyageurs. Conférences, séances sportives, spectacles, bien-être… le summum du luxe et du confort. Et pour que tout le monde en profite les passagers ne sont qu’une centaine. Parmi eux, Célia Kilbride, une jeune gemmologue de talent, Gregory Morrison, l’armateur, Ted Cavanaugh, fils de diplomate et avocat, le proffesseur Henry Longworth, Anna DeMille, une divorcée exubérante, et Lady Emily Haywood, une richissime octogénaire accompagnée de sa dame de compagnie et d’un couple dont le mari travaille pour elle. Cette dernière va profiter de ce voyage pour sortir de son coffre un inestimable bijou que personne n’a vu depuis des années : le collier d’émeraude de Cléopâtre. Du beau monde donc! Et un voyage en croisière est un microcosme idéal pour que cette « faune » soit étudiée sous l’oeil acéré de son auteur! Beaucoup de bling-bling et de paraître. Heureusement, que certains sortent du lot par leur façon d’être. Notamment la jeune Célia qui est mis à mal par une sombre affaire d’abus d’intérêts et de détournements de fond. Mais son professionnalisme et sa sincérité font d’elle une personne fiable aux yeux des autres passagers.
Le collier de Lady Em attire les envieux. Notamment un homme, le mystérieux Homme aux mille visages, un voleur de haut vol recherché par Interpol. Il serait à bord du Queen Charlotte. Impossible de savoir qui il est. Alors l’équipage et un agent d’Interpol sont à bord pour éviter tout vol et arriver à l’identifier. Malheureusement un premier drame survient, puis un second… Il y a-t-il un tueur à bord? où est passé le collier? L’angoisse commence à monter parmi certains passagers, d’autres se serreront les coudes.
Mary Higgins Clark construit ici un récit en huis clos. Tous les éléments sont mis en place pour que le lecteur mène sa propre enquête. Des chapitres courts et nombreux (97) rythment le récit. On y change à chaque fois de point de vue et tous les protagonistes y passent. L’auteure sème les indices et à nous de l’élucider! Et bien moi je me suis faite avoir! Même si j’ai eu un doute pour le bon coupable à un tiers du récit mon attention s’est reportée ensuite sur un faux coupable! 
Je ne suis pas une fan inconditionnelle de Mary Higgins Clark mais j’aime bien lire un de ces romans de temps en temps. Simples et efficaces, ils permettent de passer un agréable moment. Comme à chaque fois, elle dépeint des personnages fantasques, uniques et attachants. Elle dépeint un décor de rêve dans ce roman et j’avoue que j’aimerais bien gagner un billet pour une croisière (par contre sans l’option voleur/tueur à bord s’il vous plaît!).
12992811_10209213650040435_505270499_n Un huis clos maritime conduit avec énergie par Mary Higgins Clark.

2 réflexions sur “Noir comme la mer de Mary Higgins Clark

  1. Pingback: Bilan Mai 2017 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s