Roman policier

La Police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas

La Police des fleurs, des arbres et des forêts

Auteur : Romain Puértolas

Lu par Thomas Marceul

7h00

Audiolib, 2020
Editions Albin Michel, 2019

 

 

résumé Durant la canicule de l’été 1961, un officier de police de la grande ville est dépêché à P., petit village perdu dans lequel on vient de faire une macabre découverte : Joël, 16 ans, a été retrouvé découpé en morceaux dans une des cuves de l’usine de confiture. Accueilli par le garde champêtre, auto-désigné comme la « police des fleurs, des arbres et des forêts », l’officier citadin débarque alors qu’une tempête vient de couper le réseau téléphonique. Pour compliquer l’affaire, l’autopsie a déjà été pratiquée par le généraliste-vétérinaire improvisé légiste, et la victime est enterrée.

 

cequejenaipensé J’adore l’univers loufoque et déroutant de Romain Puértolas. Chaque nouveau roman est toujours une occasion de se laisser porter par un récit inventif, drôle, parfois poétique. J’étais donc très curieuse de découvrir son dernier opus, un polar pas comme les autres. Et encore une fois, j’en suis ressorti le sourire aux lèvres.
Dès le premier chapitre, le narrateur nous prévient. On va être surpris par ce qu’il va nous raconter. Le dernier chapitre va tout changer. D’ailleurs, la communication autour de ce roman a bien ciblé ce fait. Alors forcément on attaque cette lecture avec attention et on veut tout faire pour ne pas se laisser berner, d’élucider le mystère avant le personnage principal… Mais non… le subterfuge tient jusqu’au bout.
– Vous aimez les romans policiers ?
– Je n’ens lis pas.
– Mais vous connaissez quand même le principe ?
– Eh bien, je suppose que c’est comme les films policiers. Il y a un meurtre, des suspects et un détective qui cherche le coupable.
– C’est bien ça.
– Pourquoi cette question?
– Parce que je vais vous raconter une histoire policière pas comme les autres.
– Vous voulez dire sans meurtre, sans suspects et sans policier qui cherche le coupable ?
– Si il y a bien tout cela.
– Alors, en quoi votre histoire n’est-pas comme les autres ?
– Eh bien, la découverte du coupable n’est pas… disons… le plus important.
Nous sommes dans les années 60, un officier de police citadin débarque en plein cœur d’un village de campagne pour élucider un crime, Joël, 16 ans, est mort de façon violente (il a été retrouvé découpé en morceaux dans une usine de confiture). L’enquête va mal commencé pour notre policier car à peine arrivé sur place, il découvre que l’autopsie a déjà été réalisé et que le corps a déjà été inhumé! Son enquête va donc devoir exclusivement se porter sur les témoignages de la population…
L’embarras que provoque le mensonge chez celui qui en est coupable, la peur d’être démasqué entraînent une activité gestuelle importante. C’est proportionnel, plus on bouge en parlant et plus on ment.
Il va devoir affronter le décalage existant entre ces habitudes citadines et les us et coutumes campagnardes. De quoi nous offrir de bons moments de quiproquos et d’étonnements à la sauce Romain Puértolas.
On est assez loin de l’univers qui caractérise d’habitude les écrits de l’auteur, mais on y retrouve sans conteste ses pirouettes de langages, sa poésie humoristique.
Comme je vous le disais plus tôt, dès le début, il nous met en condition : il va nous offrir une histoire mais qui aura une toute autre facette arrivé à l’ultime page. Alors, le lecteur prévenu, est en alerte, va observer, analyser chaque élément comme le policier mais très vite on oublie, on se prend au jeu du récit épique qui s’offre à nous. Et la fin se rappelle à nous, on essaie de se recentrer,… Et puis, on arrive à la fin très vite (le roman se dévore d’une traite!), et on réalise qu’on s’est fait avoir.
J’ai adoré de bout en bout ce récit loufoque. L’écriture est fluide, amusante, vivante, atypique. Il y a beaucoup de dialogue dans ce récit ce qui nous donne un rythme et l’impression d’être sur place.
La version Audiolib est portée par la voix de Thomas Marceul un acteur aux mille facettes (clown, théâtre,  chant, cascade…). Il semble que rien ne lui résiste. J’ai beaucoup apprécié sa proposition pour cette lecture. On sent qu’il s’amuse en nous la lisant. Il adopte un registre de voix différentes pour personnaliser chaque personnage. Il adopte une voix chantante répondant à la mélodie du texte de Romain Puértolas. Je vous invite à écouter l’extrait ci-dessous pour vous faire une idée.

3 réflexions sur “La Police des fleurs, des arbres et des forêts de Romain Puértolas

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s