Roman "jeunes adultes"

Les facétieuses de Clémentine Beauvais

couv56770367Les Facétieuses

Autrice : Clémentine Beauvais
309 p.

Sarbacane, 2022

résumé Paris, XXIe siècle. Autrice jeunesse en manque d’inspiration, Clémentine Beauvais s’interroge sur la disparition des marraines et de leur magie après la Révolution française et plus particulièrement sur l’identité de la bonne fée du prince Louis XVII.

cequejenaipenséQuand Clémentine Beauvais sort un nouveau roman, je suis FORCEMENT au rendez-vous ! Et une nouvelle fois, Clémentine Beauvais s’est surpassé! Les Facétieuses est un roman unique, drôle, fantastique et véridique, pleins de paillettes, de magie et de mystères! Oui j’ai adoré! Et ce n’est pas surprenant !

Clémentine Beauvais fait partie de ses autrices qui savent se renouveler à chaque fois tout en gardant leur touche littéraire.

Clémentine Beauvais essuie plusieurs revers dans sa vie privée comme dans sa vie pro depuis quelques temps. Pas d’inspiration artistique, son emploi dans son université britannique perdu, son retour à contre cœur à Paris… Et son éditeur Tibo Bérard qui croit en elle, qui lui a demandé d’écrire un roman fantastique pour la nouvelle collection de Sarbacane Exprimia. Elle a accepté bien sûr. Elle refuse de le décevoir… mais elle n’a jamais écrit de fantastique. Et ça ne l’inspire pas du tout.

Mais, un jour, comme par magie, un sujet attire son attention ! Elle va écrire un essai ou un récit réaliste… à moins que ce soit un thriller socio historico fantastique… (mouai à voir! J’ai encore des doutes après ma lecture) sur les Marraines la bonne fée. Tout le monde sait que dans notre Histoire, les nobles et en particulier les familles royales prenaient à leur service une marraine la bonne fée pour s’occuper des enfants. Ainsi, ils leur attiraient la bonne fortune, la sécurité et la prospérité. Plusieurs d’entre elles sont célèbres et leurs exploits ont traversé les âges, comme pour Bayardine de Seyrigeac, la célèbre marraine la bonne fée de Louis XIV. Mais si elles ont toutes laissé plus ou moins de traces dans l’histoire et sont facilement (avec quelques recherches) identifiables mais l’une d’entre elle fait exception. La marraine la bonne fée du petit Louis XVII, fils de Louis XVI et de Marie-Antoinette, décédé seul dans une cellule après la Révolution. Qui pouvait-elle bien être ? Pourquoi son nom est-il effacé et ignoré de toutes les archives ? Pourquoi n’a-t-elle pas veillé comme il se devait sur ce petit prince ?

Plus je réfléchis à cette histoire, plus il me semble étonnant que nous ne consacrions pas plus de temps aux marraines la bonne fée dans notre éducation. Ce n’est pas rien, quand même, une flopée de femmes aux pouvoirs magiques puissants qui, à une époque où le mariage où le couvent étaient les deux destinations traditionnelles des femmes de la noblesse, vivaient une existence parfois complètement libre et économiquement indépendante. De plus, il y a ces dernières années un regain d’intérêt pour les grandes femmes cachées de l’histoire : on parle beaucoup des sorcières, qui après tout n’ont jamais existé, alors pourquoi pas des marraines la bonne fée, qui elles, par contre, étaient bien réelles ?

L’autrice-héroïne va alors se démener pour trouver son identité. Elle va rencontrer de drôles de personnages plus ou moins antipathique ou farfelu ou intrigant ou… Sa quête de vérité se fait plus désirée à chaque revers et à chaque découverte. Il y a quelque chose d’étrange dans toute cette histoire. Et Clémentine veut savoir…  et vous ?

Avec Les Facétieuses, Clémentine Beauvais nous livre un roman qui sort de l’ordinaire. Elle se met en scène, devient son propre personnage. Comme si elle tenait un journal de ses recherches. Elle y rencontre des personnes réelles et d’autres fictives… enfin semble-t-il. Car la frontière entre part de réalité et part de fiction est très mince, et il est difficile d’y voir la différence tant tout y est si bien imbriqué.

Je suis sûre que j’oublie des milliers de choses à vous dire sur ce roman ! Il est tellement unique en son genre que j’ai pris un réel plaisir à découvrir ce que Clémentine voulait nous raconter. J’ai fait confiance à sa réalité littéraire. J’ai aimé sa façon de montrer que la frontière entre réalité et fiction peut être si discrète qu’on en oublie que nous sommes en train de lire un roman.

Et on en parle de cette magnifique première de couverture ?

12992811_10209213650040435_505270499_n La plume magique de Clémentine a encore frappé : un roman plein de facétie, de magie, de réalité et de vérité. Un bijou! Et un nouveau coup de cœur !
coup de coeur

Une réflexion sur “Les facétieuses de Clémentine Beauvais

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s