Roman

Et puis, Paulette… de Barbara Constantine

Titre : Et puis, Paulette…

Auteure : Barbara Constantine
312 p.

Calmann-lévy, 2012.

Résumé :

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…


Ce que j’en ai pensé…

J’attendais le nouveau roman de Barbara Constantine avec impatience et je suis loin d’être déçue! Bien au contraire!
On retrouve avec plaisir le style tendre, léger, plein d’humour et d’amour propre à l’auteure. Une nouvelle fois, Barbara Constantine rapproche les générations. L’auteure, avec son écriture sans fioriture mais toujours juste, relate une cohabitation hors normes qui donne envie au lecteur de la rejoindre! Ferdinand se retrouve du jour au lendemain seul dans sa grande maison. Il est de plus en plus triste, s’ennuie, tourne en rond. Son seul plaisir est d’attendre 16h30 et la sortie des classes pour apercevoir ses petits enfants, les deux Lulus (Lucien et Ludovic). Ce sont ces deux petits qui vont tout déclencher en quelques mots : « les enfants ont demandé à Ferdinand pourquoi il n’invitait pas Marceline à venir habiter avec lui. C’était grand , il y avait plein de place et le toit ne fuyait pas comme chez elle. »
Marceline, c’est la voisine. Elle est pauvre. Sa maison est insalubre, s’écroule. Ses seuls biens : son violoncelle, son chat, son âne et ses souvenirs. La réflexion des enfants va faire son petit bonhomme de chemin et Ferdinand prend la décision qui va tout changer. Marceline n’hésite pas longtemps. Et puis ce sera le tour de tonton Guy, récemment veuf et en pleine dépression. Et puis Muriel, l’étudiante infirmière, et Kim, étudiant dans un lycée agricole, et les soeurs Lumière (dont une souffre d’Alzheimer).
Cette fine équipe va très vite trouver son équilibre, son harmonie. Tous se complètent à merveille. Ils forment une nouvelle famille où tout le monde peut compter sur tout le monde. Un équilibre de vie qui fait envie dans notre monde de plus en plus individualiste.
Pour finir, je dirais que je ne m’attendais pas du tout à cette fin surprenante mais qui ancre une fois de plus le roman dans la réalité contemporaine. Y aura-t-il une suite? Où est-ce une belle fin ouverte?
Un roman émouvant, attachant, solidaire qui donne une très belle leçon de vie et d’amour! Un roman qui se lit vite même si on ne veut pas quitter notre nouvelle famille!
Tout au long du roman, j’ai eu cette chanson dans la tête alors à votre tour! 😉

14 réflexions sur “Et puis, Paulette… de Barbara Constantine

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #67# « Azilis

  2. Pingback: Bilan Mars 2012 « Azilis

  3. Pingback: Voisins, voisines et Jules le chat de Barbara Constantine « Azilis

  4. je ne lis habituellement pas ce genre de livre. J’ai du lire ce livre pour l’IfSI mais je ne regrette absolument pas. Ce que je regrette c’est que le début soit un peu long a mon gout mais la fin est genial bonne lecture a tous

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s