Roman

Et je danse, aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

couv20065952Titre : Et je danse, aussi

Auteurs : Anne-Laure Bondoux, Jean-Claude Mourlevat

279 p.

Fleuve éditions, 2015
 
résuméLa vie nous rattrape souvent au moment où l’on s’y attend le moins. Pour Pierre-Marie, romancier à succès (mais qui n’écrit plus), la surprise arrive par la poste, sous la forme d’un mystérieux paquet expédié par une lectrice. Mais pas n’importe quelle lectrice ! Adeline Parmelan, « grande, grosse, brune », pourrait devenir son cauchemar… Au lieu de quoi, ils deviennent peu à peu indispensables l’un à l’autre. Jusqu’au moment où le paquet révèlera son contenu, et ses secrets… Ce livre va vous donner envie de chanter, d’écrire des mails à vos amis, de boire du schnaps et des tisanes, de faire le ménage dans votre vie, de pleurer, de rire, de croire aux fantômes, d’écouter le Jeu des Mille Euros, de courir après des poussins perdus, de pédaler en bord de mer ou de refaire votre terrasse. Ce livre va vous donner envie d’aimer. Et de danser, aussi !
çacommenceparChère Madame Parmelan,
Rentrant de voyage ce samedi, je trouve dans ma boîte aux lettres cette volumineuse enveloppe portant votre adresse mail au dos.

cequejenaipenséJe n’hésite jamais quand j’ai un roman d’Anne-Laure Bondoux ou de Jean-Claude Mourlevat entre les mains. Alors quand ces deux auteurs s’associent, je n’avais pas d’autres choix de découvrir ce que leurs imaginations fertiles ont pu créer ensemble!
En 2013, Jean-Claude Mourlevat a envoyé un mail à Anne-Laure Bondoux commençant par : « Chère Madame Parmelan, Rentrant de voyage ce samedi, je trouve dans ma boîte aux lettres… » Et l’aventure de ce roman unique, frais et original commence !

Cette Madame Parmelan, Adeline de son prénom, a envoyé une grosse enveloppe à Pierre-Marie Sotto, auteur à succès. Celui-ci refuse de l’ouvrir et de lire le contenu car il ne lit pas les manuscrits qu’on lui envoie. Adeline lui avoue que ce n’est pas de ça qu’il s’agit et que maintenant elle regrette de l’avoir envoyé et lui demande de ne pas l’ouvrir.
A partir de là, ces deux personnes vont échanger, et très vite une complicité va se créer entre eux. Ils vont guetter leur boîte mail dans l’espoir de trouver une réponse, se demander des conseils. J’ai apprécié de voir cette complicité se tisser sous nos yeux, voir leur relation évoluer, s’étoffer. Personnellement je me suis mise dans la peau d’Adeline, dans laquelle je retrouvais quelques traits de ma personnalité et de sa situation personnelle. Mais très vite, on doute et on se questionne sur elle tout comme Pierre-Marie le fait. Certaines choses titillent son inconscient et sa curiosité d’auteur (et notre imagination de lecteur 😉 ).
Ces échanges de mail sont l’occasion de s’ouvrir à l’autre comme ils ne l’ont peut-être jamais avec quelqu’un d’autre. C’est peut-être plus facile de se confier à quelqu’un qu’on ne rencontrera peut-être jamais, qui, s’il vous juge, ne vous blessera pas (ou peu) parce que vous ne le connaissez pas en vrai. Ces mails sont aussi l’occasion de combler une solitude chez ces deux protagonistes. Alors évidement, comme ces messages sont quotidiens il n’y a parfois rien de bien palpitant et nouveau. Ils sont ainsi le reflet d’une réalité où les jours peuvent parfois (souvent) paraître longs et laborieux, vide de surprises et d’intérêts. Ils sont juste un jour de plus dans la vie. Et il en va ainsi dans la vie d’Adeline et Pierre-Marie : leur vie est à la fois unique, normal, mais ils ne sont toutefois pas à l’abri d’un retournement de situation.

…et bien évidement le lecteur non plus. J’ai été prise par cet échange. Ma curiosité (ou mon côté voyeur peut-être aussi! ^^ ) voulait savoir qui se cachait derrière Adeline.

L’écriture des deux auteurs donne le temps et le rythme au récit. Tout comme les personnages, le style se répond et se complète. Simple, efficace, ils combinent les émotions en passant par des passages touchants et émouvants et des passages frais et légers.

12992811_10209213650040435_505270499_nAvec ce roman épistolaire, je me suis laissée porter par ma curiosité et j’ai aimé être surprise par la fin!

coup de coeur

6 réflexions sur “Et je danse, aussi d’Anne-Laure Bondoux et Jean-Claude Mourlevat

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s