Roman policier

Hématomes de Romain Slocombe

Hématomes

Auteur : Romain Slocombe

215 p.

Belfond, 2017

résumé Dans la campagne normande, un thanatopracteur reçoit des lettres anonymes l’invitant à un macabre jeu de l’oie. À Paris un soir de mars 1998, tandis que Guy Georges, identifié par son ADN, est sur le point d’être arrêté, la jolie étudiante Julie Coray rentre seule chez elle et se croit suivie. En Lorraine, Anne Chamberland, jeune sculptrice venue présenter une œuvre éphémère en résidence artistique, se pétrifie lorsqu’elle reconnaît, derrière les kilos accumulés, le visage de l’aubergiste qui la sert à table. Un représentant en insecticides s’invite chez un client dans l’Eure afin de lui soutirer un devis pour travaux : comment imaginer que l’homme, endetté et veuf depuis quelques jours, est capable d’un acte désespéré ?
Dans ces contes cruels sur les routes de campagne, traversés par l’instinct meurtrier et prédateur des hommes, et faisant suite au recueil de nouvelles très japonaises Route 40 (Belfond, 2016), Romain Slocombe nous replonge dans des abîmes de noirceur. Une seule règle ici : les histoires courtes finissent toujours mal…
– Vous avez un nouveau message…
Comme chaque soir, à son retour du travail, Pierre Besombes a décroché le combiné du téléphone pour composer le 31 03. La voix féminine reprend après une légère pause.
– Mardi 28 janvier, à 17h16… Appel du 02 32 51 42…
 
cequejenaipensé J’ai souvent entendu dire que tous les romans finissaient toujurs bien! Désormais je sais que je pourrais conseiller ce recueil de nouvelles!
Neuf nouvelles.
Neuf nouvelles aux fins abruptes, cruelles. Les éditions Belfond rééditent plusieurs nouvelles déjà parues entre 2006 et 2014 de Romain Slocombe. A cette occasion, il les a révisée et parfois partiellement réécrites. Courtes, sombres, l’auteur nous plonge dans un univers glauque, qui ne laisse pas insensible le lecteur.
Doutes, émotions, questionnements ne m’ont pas lâchée durant ma lecture. J’ai ressenti des frissons pour certains personnages. Roman Slocombe va à la rencontre de la noirceur de l’âme humaine de certains humains. Ils se penchent sur le cas de tueurs en série, de prédateurs, de meurtrier sans pitié. On est ici dans des nouvelles teintées de thriller psychologique. Chacune se penche sur un cas. On assiste sans pouvoir l’en empêcher à la fin tragique des différents protagonistes. A chaque fois, on ne peut s’empêcher d’espérer qu’ils s’en sortent même si on sait qu’ici « les histoires courtes finissent toujours mal« . Et j’avoue que ça déstabilise quand même pas mal! Mais ça fait du bien de voir chambouler les codes habituels.

Le corbeau : Un thanatopracteur dans un funérarium normand. Veuf, dépressif, il reçoit de mystérieux courrier et des coups de téléphone d’une secte.

Sale temps pour les mouches : Marion attend que son petit-ami Grégoire sur le parking du supermarché. Il est en retard. Un ami qu’elle n’a pas vu depuis des années lui propose de la raccompagner. Bonne ou mauvaise idée?

Le dernier crime de Guy Georges : Fin des années 90, le tueur en série Guy Georges fait la une des journaux et terrorise les parisiennes. La police se rapproche dangeureusement de lui. La tension retombe. Julie rentre tard du travail. Très tard. En chemin, un homme la suit, la poursuit. Serait-ce le tueur en série ?

Éléonore : Psychologue en investigations criminelles, Anne-Caroline, psycologue criminelle, interroge un ancien policier amnésique retrouvé nu et errant dans la rue avec le cadavre d’une femme. Ses rêves sont-ils des réminiscences?

Sarcome du capricorne : Quand un commercial émérite retourne chez un ancien client qui vient de perdre sa femme…la situation ne tourne pas en sa faveur…

Rue des Boulets : Le brigadier-chef Hamelet vérifie un témoignage dans l’optique de résoudre une situation délicate sans provoquer de drames. La situation dérape.

Nanotechnologies : Science, nanotechnologie, terrorisme, racismes, préjugés… 

Hématomes : Nouvelle qui a donné son titre à ce recueil. Une de celles qui m’a le plus chamboulé. L’histoire d’une jeune sculptrice d’une trentaine d’années qui retourne après des années dans la Meuse. Lors d’un arrêt dans un restaurant routier, des images remontent à la surface.

I’m just losing that girl : Dans un jardin public, un inconnu prend la défense de la jeune Pauline en train d’être verbalisée… Geste gratuit ou non ?

Ces nouvelles ont des airs de faits divers que l’on voit malheureusement trop régulièrement à la une des journaux. Mais au contraire de ces faits divers, nous sommes ici pris à témoin par le narrateur. Nous sommes des témoins impuissants face aux drames qui se jouent sous nos yeux. 
Ces nouvelles captent des instantanées de vie, des fragments. Cela va vite. Pas le temps de se complaire dans un confort quotidien précaire. Cela frappe fort. Et le format littéraire convient parfaitement au thème et à l’écriture incisive de l’auteur. Il manipule son lectorat et il aime ça!
La frontière entre réalité et fiction semble vraiment mince ce qui donne une crédibilité accrue au texte.
en bref  Première découverte de la plume de l’auteur pour moi, et je suis ravie des émotions qu’il a su me faire ressentir dans ces courts textes. Des nouvelles sombres à souhait. Des histoires qui finissent toujours mal…
Merci aux éditions Belfond pour cette lecture et à l’auteur pour la gentille dédicace que j’ai eu la surprise de découvrir en ouvrant mon livre!

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s