Documentaires/Feel good books

Furiously Happy de Jenny Lawson

Furiously Happy

titre original : Furiously Happy

Auteure : Jenny Lawson

trad. de l’anglais (américain) par Christine Barbaste

342 p.

Fleuve éditions, 2017

résumé « Cher lecteur ou lectrice,
En cet instant, vous tenez ce livre entre vos mains et vous vous demandez si cela vaut le coup de le lire. Probablement pas. Mais il y a un billet caché dans la reliure, donc, si j’étais vous, je foncerais à la caisse pour l’acheter avant que votre libraire ne s’en aperçoive.
Je vous en prie, inutile de me remercier.
Ce livre s’intitule Furiously Happy – Chroniques désopilantes sur des choses qui le sont moins. Ce n’est pas qu’un titre, mais également un petit quelque chose qui m’a sauvé la vie. »
Comme de nombreux proches de l’auteur, vous vous dites : « Qu’est-ce qui cloche chez Jenny ? » D‘après les divers psys qu’elle a consultés au cours des vingt dernières années, Jenny est une « dépressive hautement fonctionnelle qui souffre d’un grave trouble de l’anxiété ». Un jour, elle décide d’inverser la polarité de ses émotions, et de devenir FURIOUSLY HAPPY.
Née de cette volonté de célébrer la vie, et la fantaisie sous toutes ses formes, sa philosophie a déjà conquis des milliers de lecteurs à travers le monde !

 C’est un régal de livre, et la pire brosse à cheveux qui soit. Lisez-le. Ne vous crêpez pas les cheveux avec. – Charles Dickens
cequejenaipensé  A l’image de sa couverture et de son auteure, ce livre est complètement déjanté! Un véritable OVNI. Je crois bien n’avoir jamais lu quelque chose dans ce genre. Et je me suis marrée!
Jenny Lawson est une journaliste/blogueuse américaine. Connue pour son style décalée et son franc-parler et après une première autobiographie (non traduite en France il me semble), elle revient dans Furiously Happy avec un regard ironique et humoristique sur une partie de sa vie, sa dépression et sa relation avec ses maladies : polyarthrite rhumatoïde (que je connais malheureusement que trop bien), ses TOC, ses angoisses et phobies, son trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité et sa dépression.
Rien de réjouissant n’est-ce pas? Mais malgré tout ça, Jenny Lawson se livre ici avec beaucoup de décalage sur sa vie. Ce livre peut se picorer. Chaque partie est clairement distincte donc on peut très bien lire quelques pages par ci par là, mais chez moi, il y a eu comme eu une petite addiction à cette folie! Peut-être que je me suis reconnue en elle aussi (je vous rassure pas totalement!! Je ne suis pas aussi fofolle qu’elle!).
Dans ses chroniques, elle revient sur des moments marquants de sa vie (notamment son voyage en Australie à la rencontre des koalas et des kangourous… rencontre déguisée en koala puis en kangourou of course – photos à découvrir dans le récit – parce que vous vous rendrez compte très vite que Jenny ne fait rien comme les autres! On s’y habitue 😉 ). Elle s’attarde aussi sur ses conversations avec sa psy, ses conversations parfois sans queue ni tête, avec des associations d’idées mystérieuses (pour ça je me suis bien reconnue!!), sur sa relation avec Victor, son mari, et leurs différentes disputes… Victor – je sais que tu ne liras pas ces lignes – mais franchement tu dois être sacrément amoureux de Jenny! Qu’est-ce que tu es patient avec elle!!!
Il y a vraiment énormément d’anecdotes (souvent farfelues… cf. le vagin en feutrine, la séance photo, sa fixation sur les zombies, son emménagement, ses combat avec/contre les opossums…) et de réflexions personnelles pour s’attarder sur chacune (et il faut bien qu’il vous reste des choses à découvrir non?). En lisant cette autobiographie, j’ai ri (beaucoup et souvent), j’ai compatis pour son mari et son entourage, mais j’ai aussi pris en compte ses réflexions souvent surprenantes mais pas si bêtes que ça!!
Et bien sûr il y a Rory… Vous ne connaissez pas encore Rory? Mais si c’est le raton laveur de la couverture! Petit détail : c’est un des animaux de compagnie de Jenny Lawson et il est empaillé… oui oui! Le voici :
Il n’a pas une bonne tête de coquin ? En tout cas, Jenny lui donne à (re)vivre (?!) pleins d’aventures (chevauchée de chat, blagues…).
Ce livre est vraiment unique en son genre (je pense vous l’avoir fait comprendre dans cette chronique). Malgré des sujets graves (ses maladies), on ressort de cette lecture avec une énergie folle et un sourire d’enfer! C’est un véritable concentré de bonne humeur, de folie et de vie! Et si vous ne me croyez pas, en introduction, l’auteure a inséré quelques citations de grands noms de la scène historique et littéraire qui complimentent son oeuvre (Dickens, Hemingway, Austen, Dostoïevsky, King… et sa psy!)
en bref Un livre à part, atypique, un livre qui vous donnera sans doute la banane!

6 réflexions sur “Furiously Happy de Jenny Lawson

  1. Haha ! Elle a osé se mettre des commentaires de Dickens et Austen.. Rien que pour ça j’ai envie de lire ce livre 😀 (Par contre, avoir ce raton laveur dans mon salon me stresserait un peu 😉 ) Je le note ! Je sens que ça va me plaire 🙂

    • Oui elle a osé! elle n’a peur de rien!! hihi (et oui moi aussi ce raton laveur m’angoisserait un peu… surtout que je déteste les animaux empaillés! XD)
      bonne future lecture!! 🙂

  2. Pingback: Bilan Avril 2017 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s