Roman policier

Selfies de Jussi Adler Olsen

Selfies

titre original : Selfies

Auteur : Jussi Adler Olsen

trad. du danois par Caroline Berg

619 p.

Albin Michel, 2017

résumé L’existence du Département V est menacée à cause de son taux de réussite en chute libre et c’est à Rose qu’incombe la mission de montrer que le service vaut encore quelque chose. Mais Rose est internée dans un hôpital psychiatrique, assaillie par les fantômes d’un passé violent.
Parallèlement, une vague de crimes déferle sur Copenhague : un « serial » chauffard dont les victimes sont des femmes jeunes, jolies et pauvres, qui rêvent de devenir des stars de reality-show.
L’inimitable trio formé par le cynique inspecteur Carl Mørck et ses fidèles assistants Assad et Rose doit réagir vite s’il ne veut pas voir le Département V mettre la clé sous la porte. Mais Rose, plus indispensable que jamais, saura-t-elle se relever de sa dépression ?
 Elle ne savait pas depuis combien de temps elle donnait des coups de pied dans les amas gluants de feuilles mortes. Elle savait seulement que ses bras nus étaient devenus glacés et que les cris venant de la maison résonnaient de tant de colère et de méchanceté qu’elle en avait mal dans la poitrine. Elle avait envie de pleurer, mais ça, c’était hors de question.
cequejenaipensé  Jussi Adler Olsen est de retour pour une septième enquête du Département V. Depuis ma lecture de Promesse, j’ai pu patienter en regardant une des adaptations télévisuelles et c’était plutôt sympa! Cela m’a d’ailleurs fait penser qu’il faudrait que je continue de les visionner! 
J’ai donc retrouver avec beaucoup de plaisir le trio Carl Møck / Assad / Rose. Carl est son caractère taciturne et entier. Il a bien changé depuis le début de la série!  Assad est son humour et son flegme. Rose qui va ici devoir faire face à son passé et à une grave dépression.
Le département V va devoir faire face aux accusations de mauvaises statistiques de résultats alors que c’est bien le contraire. Et c’est là où on voit que Carl aime son équipe et son département car il va le défendre avec beaucoup d’énergie.
Côté enquête… et bien au départ, ce nouveau roman m’a semblé bien différent des précédents opus. Une intrigue lus « légères », des personnages d’un abord futiles et simplets… je me suis demandée ce qu’il se passait chez Jussi Adler Olsen!! et puis, la magie de la plume de l’auteur, son talent de scénariste a frappé et j’ai été happé par l’histoire! Ce n’est pas une enquête mais cinq qui vont s’entrecroiser, se répondre, s’emmêler, se dénouer, se télescoper! Je n’ose même pas imaginer le casse-tête de la rédaction du schéma narratif, du squelette de ce récit! Un vrai travail de fond de scénariste! Les enquêteurs sont appelés à montrer leur capacité d’adaptation à se concentrer sur plusieurs affaires en même temps. Et le lecteur n’est jamais perdu. Ces cinq affaires qui semblent simples aux lecteurs car il a la plupart des éléments en main pour analyser la situation va donner du fil à retordre aux enquêteurs.
Et les personnages sont hauts en couleurs et certains sont beaucoup plus torturés qu’il n’y paraît. J’ai beaucoup apprécié qu’il s’attarde sur le personnage de Rose qui est quelqu’un d’unique dans l’équipe. On a appris à la connaître dans les précédentes enquêtes mais on n’était loin de savoir tout. Le récit qui la concerne m’a vraiment fait mal au coeur. Et j’ai ressenti de la colère pour son entourage qui n’a jamais levé le moindre doigt pour l’aider alors qu’ils étaient conscients du drame qu’elle vivait au quotidien. Malheureusement c’est le reflet de la triste réalité… chacun pour sa pomme… Sa situation permet de mettre en lumière la relation qui existe entre les différents membres de l’équipe.
Au delà de l’enquête, l’auteur dresse un portrait social du Danemark, aborde les thèmes du harcèlement moral, de l’alcoolisme, de la lassitude ou du spleen au travail… Ce roman aux abords futiles abordent donc des thèmes d’actualité et de société importants.
en bref Avec un rythme plus lent et posé que les précédents enquêtes, celle-ci n’en est pas moins prenante et entraînante. La construction du récit est complexe et fonctionne à merveille. Bref, encore une réussite pour le nouveau Jussi Adler Olsen!

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s