Roman "jeunes adultes"

Photophobia de Tom Becker

Photophobia
titre original : Dark Room

Auteur : Tom Becker
trad. de l’américain par Emmanuelle Pingault
279 p.

Milan, 2017

résuméQuand ils arrivent dans la ville de Saffron Hills, Darla et son père sont bien décidés à prendre un nouveau départ. Malheureusement, Darla s’intègre difficilement dans son lycée, où tous les élèves sont obsédés par les selfies, les grosses voitures et les concours de beauté. Sa situation ne fait qu’empirer quand elle commence a avoir des visions qui la projettent dans le corps d’un meurtrier qui semble s’attaquer à des étudiants de son campus.

çacommencepar Walter West glissait la dernière photo dans son nouvel album quand il entendit la sonnette tinter doucement. Il fronça les sourcils, importuné, et vérifia que l’image était bieen place avant de fermer l’album.

cequejenaipensé Darla a grandi au rythme des diverses magouilles et autres trafics de son père. Ils fuient sans cesse, de ville en ville. Darla déteste cette vie. Elle se sent seule, est en colère contre son père. Alors quand leurs pas les amène cette fois à Saffron Hills, elle pense que ce ne sera qu’une énième étape. Mais son père semble vouloir changer, prendre ses responsabilités. Ils trouvent une maison (à sa façon), et l’inscrit au lycée! Un cauchemar pour elle. Solitaire, marginale, elle se retrouve au royaume du paraître, de la beauté, et des riches! Ils sont tous obsédés par les selfies, les réseaux sociaux et surtout par le futur concours de beauté qui se rapproche. Tout ce qu’elle abhorre! En plus, depuis qu’elle a mis les pieds dans cette ville, à chaque fois qu’elle croise son reflet, elle a des visions. Elle a l’impression de se retrouver dans la tête d’un tueur sadique, qui aime prendre ses victimes en photo. Très vite, la première victime est retrouvée. Puis d’autres suivront et Darla sera souvent dans le coin. Que lui arrive-t-il? Qui est le tueur? Pourquoi ça lui arrive? Un mélange de terreur et d’envie de savoir s’empare d’elle. Mais elle ne sait pas vers qui se tournait pour demander de l’aide.
Photophobia est une lecture très prenante. Dès les premières pages, le décor est posé. Petit à petit, l’auteur, Tom Becker, fait entraîner les différents personnages sur la scène du crime. Un portrait rapide montre la superficialité de la majorité des étudiants et on entre forcément en empathie pour la pauvre Darla qui est jeté dans cette fosse aux lions. Les visions angoissantes de la jeune fille, les meurtres qui s’accumulent font monter la tension, et multiplient nos interrogations. L’auteur brouille les pistes, propose un coupable mais ce serait trop facile. Très vite, les étudiants et les autorités pensent à une série de meurtres qui a eu lieu dans les années 90. Est-ce le même tueur? un admirateur?
Tom Becker est un formidable maître d’orchestre de l’intrigue d’horreur : tout est mis en place pour faire monter la peur des personnages, l’angoisse du lecteur. Du coup, les pages se tournent vite, le roman se dévore car on ne peut pas laisser Darla comme ça. On veut savoir, on veut des réponses. Et quand la fin arrive, on est surpris. Peut-être un peu tiré par les cheveux… j’avais trouvé le bon coupable… enfin presque!
12992811_10209213650040435_505270499_n Un roman d’angoisse pour adolescents intense et efficace.

2 réflexions sur “Photophobia de Tom Becker

    • j’ai hésité à la mettre cette phrase! et elle provoque des réactions à laquelle je ne m’attendais pas donc c’est cool! hihi
      si tu le lis il faudra qu’on en parle 😉

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s