Roman "jeunes adultes"

Jusqu’ici tout va bien de Marie Colot

Jusqu’ici tout va bien

Autrice : Marie Colot

263p.

Alice, 2017 (Tertio)

résumé Jozef est du genre petite frappe : vol à la tire, deal de drogue. Jozef est prêt à tout pour prendre sa vie « en mains » et sortir de la misère sociale dans laquelle vivent ses parents, d’honnêtes travailleurs. Pour ça, il n’hésite pas à prendre des risques, comme dealer sur le territoire du caïd du coin. Mais pour le moment, il a des préoccupations plus urgentes. Assis à même le sol, menotté à un radiateur parce qu’il n’y a plus de cellules vides, il attend de passer devant le commissaire pour vol à main armée dans une supérette.
Il ne s’inquiète pas. Il sait comment s’en sortir. Il doit s’en sortir. Parce que dans quelques heures, il a rendez-vous avec la plus belle fille du quartier. Et il a bien l’intention de passer l’après-midi dans ses bras. Le problème, c’est que son complice vient de le balancer. Et ça, c’était pas prévu. Pour Jozef, c’est le centre éducatif fermé à coup sûr, et illico. Il faut qu’il s’échappe, il faut qu’il se fasse la malle.
Il faut qu’il voie Amel.

 

çacommencepar Je ne pense pas à demain, parce que demain, c’est loin quand on est menotté à un radiateur écaillé. Les bâtards. Ils m’ont attaché ici pour me mettre les nerfs alors qu’ils sont déjà à vif. Je me suis fait choper. Et je suis trempé à mort.

cequejenaipenséJozef est un jeune ado qui n’a aucune illusion sur sa vie. Il a arrêté le lycée. Pas son truc. Ne rêve pas. Pas son truc. Lui son truc c’est Rimbaud. Lui son truc ce sont les vols à la tire, la débrouille, la magouille. Sauf que cette fois, ça s’est mal passé. Son meilleur pote a voulu faire un braquage. Et tout a foiré. Il s’est fait chopé par les flics. Et cette fois, ça va être compliqué de s’en sortir.
Jusqu’ici tout va bien est le récit de 24h de la vie de Jozef. 24h déterminante. 24h qui vont tout changer pour lui.
Tout ça, c’est du passé. Du plus-que-parfait même. Je ne traîne plus au collège depuis des mois, mais mes conjugaisons, je m’en souviens. Il n’y a pas que des débiles qui sont virés de là. Il y a aussi ceux qui sont trop malins pour moisir sur les bancs de l’école. Pour foncer dans la vie, je n’ai pas besoin d’équations à deux inconnues ni de dissertations. Mes jambes suffisent.
Car alors qu’il est enchaîné à un radiateur au commissariat. Jozef pense à sa sœur qui va l’attendre au portail de l’école. Il pense à la déception dans le regard de sa mère. Il pense à la colère de son père quand celui-ci apprendra où est encore son fils. Mais il pense surtout à la belle Amel. Il ne peut pas rater ce rendez-vous.
Je veux qu’on grave nos initiales sur les pavés de la cité, car les « je t’aime » s’effacent quand on les écrit à la craie.
Cette meuf me rend Rimbaud.
Alors il va faire une bêtise encore plus grande : s’enfuir du commissariat. Pendant 24h il va devoir se cacher, courir, éviter les caïds du quartier. Il va aller de déception en incompréhension. Il va devoir se remettre en question, prendre des décisions.
Mes poings crient la douleur qui hurle à l’intérieur de moi. Frapper, il n’y a plus que ça qui compte. Les ecchymoses de Darius sont un pansement sur ma peine.
Même si j’ai mis un peu de temps à entrer dans l’histoire, je me suis finalement laissée prendre par cette fuite, par la vie singulière de ce personnage attachant. L’écriture rythmée et compatissante de Marie Colot est efficace. La langue claque au rythme du récit et les pages se tournent ainsi facilement. Elle a choisi de dérouler son récit en moins de 24h, le temps défile à chaque début de partie, ce qui ajoute à la tension de cette fuite… Et un leitmotiv qui cadence aussi « Jusqu’ici tout va bien », pour se rassurer, pour espérer, pour craindre un futur proche difficile…
12992811_10209213650040435_505270499_n Une lecture qui se fait d’une traite. On court, on se cache et on espère pour le héros Jozef. Efficace.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s