SF / Fantastique

Risque Zéro d’Olga Lossky

Risque Zéro

Autrice : Olga Lossky

331 p.
Denoël, 2019

résuméAu milieu du XXIe siècle, Providence a révolutionné le suivi médical grâce à la « plume d’ange », une puce sous-cutanée qui contrôle la santé et l’environnement de ses adhérents en temps réel. Son objectif : le risque zéro. Agnès Carmini vit dans ce monde millimétré, où repas et temps de sommeil sont dictés par les logiciels. Victorien, son mari, a beau être l’un des concepteurs du projet, elle ne parvient pas à se satisfaire pleinement de ce système, dont la régularité apaise pourtant ses angoisses. Agnès continue d’exercer comme anesthésiste à l’hôpital public, un des derniers bastions à refuser la médecine numérique, et se ressource dans la hutte en paille de ses grands-parents, qui ont choisi un mode de vie autarcique. Tout bascule le jour où une adhérente Providence meurt au bloc. Agnès est accusée de négligence tandis que l’opinion publique s’émeut. Le risque zéro ne serait-il qu’un mythe ou, pire, un simple argument de vente ? Que fait donc l’épouse d’un dirigeant de Providence dans ce service de médecine traditionnelle, loin des innovations prônées par la prestigieuse entreprise ? La tornade médiatique va contraindre Agnès à faire voler en éclats les contours de son existence programmée.

çacommencepar Le policier arborait deux fines moustaches qui retombaient aux commissures et Agnès trouva qu’il ressemblait à un esturgeon.
 cequejenaipenséBienvenue dans le futur. Un futur très proche et probable né dans l’esprit d’Olga Lossky (Le Revers de la médailleLa Maison Zeidawi, Requiem pour un clou).
Agnès, médecin anesthésiste, est emmenée en garde à vue : elle est accusée de négligence ayant entraînée la mort d’une patiente. Mais cette dernière était adhérente du programme Providence, dont son mari est concepteur. Ce programme permet à tout adhérent de vivre quasi en toute sécurité : la vie des adhérents est réglée au millimètre afin qu’il ne risque aucun danger. Repas, temps de sommeil, santé… tout est calculé pour le bien être des « clients ». Mais Agnès n’est pas une fervente membre de ce concept tout numérique. Elle est médecin dans un des derniers hôpitaux publics, aux méthodes anciennes, se fiant plus au travail de l’humain qu’à celui des machines. Face à ces accusations, Agnès va prendre du recul sur ce monde technologique qui l’entoure et éprouvé le besoin d’une remise en question sur tout ça.
Il était devenu courant de s’endetter pour avoir accès à un suivi de pointe dans une clinique privée, plutôt que de faire confiance à la gratuité des soins de l’État. Un bloc opératoire comme celui où travaillait Agnès vivait de plein fouet cet étranglement, contraint de tourner avec des moyens humains et techniques restreints.
L’autrice, Olga Lossky, nous plonge facilement dans ce roman d’anticipation. Comme l’action se passe dans une futur très proche, nous ne sommes pas dans un roman de science-fiction complexe. Elle s’appuie sur un quotidien crédible, dans lequel le lecteur trouve ses marques, ses repères, mais l’amène à se projeter sur la partie technologique. On vit déjà dans un monde où le numérique prend de plus en plus de place et d’importance. L’autrice se projette juste dans un monde où le numérique a pris sa place également dans la santé et le bien-être des personnes. Une puce RFID est implanté chez les adhérents du programme (plus on est riche plus les options sont élargies… évidement). Cette puce contrôle à distance le rythme cardiaque, les analyses de sang, l’activité sportive… est agit en conséquence : menus, recommandations sportives, envois de secours…
Si nous voulons parvenir à toucher un autre type de public, renchérit Mathys, il faut réussir pour de bon à débarrasser le système Providence de cette image élitiste. La commercialisation du nouveau pack Essentiel, qui propose une protection de base contre le risque à un moindre coût, n’a pas rencontré le succès escompté. D’après les dernières analyses des experts marketing, nous souffrons d’un manque de visibilité auprès de la cible visée. Beaucoup trop de personnes n’ont de Providence que l’image répandue par les médias, lors du dernier piratage des plumes d’ange.
Dans ce roman, l’autrice met en garde contre les dérives possibles de ce futur technologique plausible mais montre également les aspects positifs d’un tel dispositif. Elle amène donc à la réflexion sur les questions éthiques, sécuritaires mais aussi sur le sens même de nos vies.
L’écriture d’Olga Lossky est vraiment très agréable, et les pages se sont tournées très vites. C’est fluide, on s’attache aux personnages, que ce soit les principaux comme Agnès, ou les secondaires, comme Horace… L’autrice a su créé un univers vraisemblable. Cependant, j’ai été un peu décontenancée par le dernier chapitre qui pour moi plonge le lecteur dans un ultime flou pas forcément nécessaire pour que le lecteur s’interroge encore plus sur le fond, c’est-à-dire sur les conséquences des avancées technologiques.
12992811_10209213650040435_505270499_n Un roman d’anticipation sur le thème des technologies médicales assistées : le risque zéro existe-t-il vraiment ?

2 réflexions sur “Risque Zéro d’Olga Lossky

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s