Roman policier

La Marque du père d’Emelie Schepp

La Marque du père

titre original : Pappas Pojke

Autrice : Emelie Schepp
trad. du suédois par Rémi Cassaigne

368 p.

HarperCollins, 2020 (Noir)

résumé
En ce début de soirée, Sam Witell s’absente de sa maison pour une course rapide. A son retour, il a tout perdu : sa femme a été assassinée, son fils, Jonathan, six ans, a disparu. L’œuvre d’un pédophile ? d’un psychopathe ? Sous la houlette de la procureure Jana Berzelius, les policiers Henrik Levin et Mia Bolander enquêtent. Si leurs soupçons portent d’abord sur le père, ce dernier semble avoir un solide alibi.

Pourtant, de nombreuses zones d’ombre subsistent dans cette famille en apparence bien lisse… Pourquoi la défunte mère était-elle dépressive ? Jana Berzelius doit démêler cette affaire aux ramifications complexes tandis que son passé de tueuse menace de refaire surface. Il va falloir frapper vite, et fort…
çacommencepar – Je me rappelle très bien.
L’homme baissa les yeux vers ses genoux. Un bref sourire, comme s’il revoyait toute la scène.
– Quoi ? demanda Henrik.
– Qu’il pleurait. Il devait avoir peur. Moi aussi, j’aurais eu peur, tout seul, caché sous un lit. Mais quand je l’ai soulevé, il s’est tu. Il m’a dévisagé de ses yeux bleus, et je n’oublierai jamais sa façon de me regarder.
– Donc c’est là que vous l’avez pris ?
– Oui, fit-il en hochant la tête. C’est là, à cet instant précis, qu’il a été à moi.

cequejenaipensé Je ne connaissais pas du tour cette autrice suédoise, Emelie Schepp qui fait un tabac dans son pays. Il s’agit du quatrième tome d’enquêtes tournant autour de son personnage phare : Jana Berzelius. Quand je me suis rendue compte de cela, j’ai eu peur d’avoir raté des éléments importants pour comprendre l’histoire et surtout le personnage. Alors je vous rassure en ce qui concerne l’intrigue principale aucun soucis il s’agit d’une enquête indépendante des récits précédents. En ce qui concerne le personnage principal par contre, on se rend vite compte qu’elle a un passé très complexe et que ce passé obscur, violent est en train de refaire surface, que ce passé a fait d’elle quelqu’un de difficile à cerner et qui ne s’ouvre pas aux autres. Heureusement, l’autrice place des rappels intelligents et sans alourdir son récit afin que tous puissent s’y retrouver : un rappel pour ceux qui la connaissent déjà et qui pourront ainsi se remettre dans l’ambiance, et un éclaircissement avec les informations clés pour les autres (et cela leur donnera sans doute envie de creuser un peu plus le sujet en remontant dans le passé et découvrir les 3 romans précédents – comme moi !!). Les trois récits précédents : Marquée à vie, Sommeil blanc et D’une mort lente sont disponible chez Harper Collins.

Mais revenons à ce roman, La Marque du père, qui sort aujourd’hui en librairie.

Sam est un père très proche de son fils, très complice. Un soir, il ressort pour faire une course. Mais son fils l’appelle : un homme vient de rentrer chez eux, de frapper la mère qui gît au sol inanimée. Il a peur. Sam l’entend alors crier et puis… plus rien. Il rentre chez lui et découvre le corps sans vie de sa femme et son fils lui a disparu. Sous le choc, les flics arrivent pour mener l’enquête. Et leurs soupçons se portent sur Sam car il semble ne pas dire toute la vérité. Que cache-t-il et surtout où est son fils ?

D’après le journaliste, il y avait un nombre effrayant de personnes qui disparaissaient chaque année, en divers lieux, divers pays et n’importe qui pouvait être kidnappé n’importe où et n’importe quand. Certains étaient retrouvés au bout d’une journée, d’autres au bout de trente ans. D’autres encore jamais.

J’ai ensuite fait la connaissance de Jana Berzelius est la procureur en charge de l’enquête. Un personnage sombre, fermée, violent. Elle est adepte des combats clandestins et a été élevée sous le signe des sports de combat, de la survie. Elle a tué par le passé et même si désormais elle essaie de mener la vie la plus normale possible, ce passé la colle et revient à la surface avec le procès d’un de ses anciens « camarades » qui va avoir lieu. Menace, manipulation, ses secrets sont de plus en plus difficiles à garder pour elle surtout face à celui avec qui elle commençait un peu à baisser la garde.

Pour lui, les lettres gravées n’étaient pas un obstacle. Il ne risquait rien à les montrer. Elle, en revanche, risquait tout.

Elle perdrait sa carrière, sa vie, si quelqu’un apprenait qu’elle était capable de tuer, qu’elle avait tué.

L’impression désagréable s’empara à nouveau d’elle. L’homme avec qui elle s’était battue au club clandestin avait vu l’inscription sur sa nuque : elle allait devoir le retrouver et le forcer à oublier ce qu’il avait vu.

J’ai beaucoup aimé l’ambiance sombre de ce polar différent des autres surtout en ce qui concerne son personnage principal. Un personnage sombre, violent, au passé obscur qui est prête à tout pour que ce passé reste dans le passé. Jana soulève beaucoup de question, et cela donne irrémédiablement envie au lecteur d’en savoir plus sur elle. On se dit qu’elle ne pourra pas toujours s’en sortir, ce serait il me semble irréaliste…

En ce qui concerne l’intrigue de l’enlèvement de l’enfant, on se pose également beaucoup de question sur cette famille. Il y a là aussi beaucoup de secrets même si dans un premier temps on les pensait sans problème. La femme semblait dépressive mais on met du temps à éclaircir ce point. Sam semble innocent et convaincant mais il y a quelques petits détails qui interpellent, questionnent son innocence. L’autrice joue avec les apparences et fait douter son lectorat. L’histoire est rythmée par de courts passages en italique, un interrogatoire de celui qui semble être le kidnappeur mais le tout restant anonyme cela maintient le suspens.

 

Un thriller passionnant, sombre nous offrant une double enquête pour notre plus grand plaisir.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s