Roman jeunesse

Mardy et Ozgo : le monde d’en dessous de Marie Lenne-Fouquet et Marie Morelle

Mardy et Ozgo : le monde d’en dessous

Autrice : Marie Lenne-Fouquet

Illustratrice : Marie Morelle

222 p.

Sarbacane, 2020 (Pépix)
Dès 8 ans

résumé À l’orée d’une forêt, les chats d’un village disparaissent un à un. Cela suffit à piquer l’insatiable curiosité de Mardy, 10 ans, l’aîné fantasque aux cheveux verts d’une famille atypique installée récemment. Pour résoudre le mystère, le garçon sera assisté de son petit frère Ozgo, tout aussi original que lui, perpétuellement déguisé et résolument lunaire, ainsi que de leur sœur encore bébé, Petite. Leur quête les mènera jusque dans un monde souterrain peuplé de boules d’herbe parlantes et baveuses, les Ploozes, qui vivent sous le règne d’un… poireau. Mais oui, un poireau vivant, méchant, énorme et tyrannique. Ce dernier va s’emparer de Petite pour les besoins de son royaume, forçant les garçons à se lancer dans une aventure périlleuse pour récupérer leur petite sœur et aider les Ploozes à se libérer de l’oppression.
Mardy jetait des coups d’œil inquiets autour de lui. Il sentait qu’il se passait quelque chose d’anormal. Certes, il était déjà arrivé que le chat ne rentre pas pendant deux ou trois jours, lorsqu’il boudait après leur retour de vacances ou qu’il pansait son amour-propre (suite à une raclée infligée par l’un de ses congénères)…mais jamais il ne partait aussi longtemps. .

cequejenaipensé Dans le nouveau quartier de Mardy et Ozgo, les chats disparaissent un à un. Dont leur chat Benjamin. Ce n’est pas normal! Alors les deux frangins partent en expédition, ou en enquête plutôt! Ils interrogent d’abord les voisins, puis finissent par s’enfoncer dans l’étrange forêt accompagnée de leur sœur, Petite, qui est encore un bébé.

Dans la forêt, ils vont découvrir bien plus que les chats disparus. Dans cette forêt, existe un peuple, un petit peuple, tout vert, les ploozes, de sortes de petites boules d’herbes qui parlent, gouvernées par un étrange et méchant poireau, Harold. Ce dernier va faire prisonnière Petite. Et Mardy et Ozgo vont tout mettre en œuvre pour la sauver et peut-être même en profiter pour sauver ce petit peuple des mensonges et de la tyrannie de ce poireau géant ! L’autre thème est bien sûr celui de la nature, des mystères qui la fait vivre (mais aussi l’impact néfaste de l’homme en thème sous-jacent).

Ce que disait les autres ne l’intéressait guère : une fois sur deux, c’était faux, ou transformé, ou exagéré. On lui reprochait souvent de porter des costumes, mais Ozgo se sentait plus honnête, car ses costumes à lui étaient visibles, au moins. Ce qui l’intéressait, lui, c’était les gestes. Les détails.

Je n’avais encore rien lu de Marie Lenne-Fouquet, et ce roman est pour le moins fantasque et énergique! Déjà par ses personnages et la façon dont elle les a nommé. Des prénoms « humains » pour le chat, et des prénoms qui sonnent comme des noms pour animaux, ou comme des surnoms pour les humains! j’adore l’idée! Et ça m’a bien fait rire! Un joli décalage qui va bien avec l’univers un peu farfelu de l’autrice.
Mardy est un jeune garçon au cheveu vert (et on a jamais su pourquoi) qui assume avec beaucoup de sérieux son rôle de grand frère. Ozdo est un enfant différent. Depuis qu’il est petit, il est allergique aux vêtements classiques, alors jour après jour il se déguise, enchaînant les costumes, les assortissant à son humeur, ou à la journée qu’il doit affronter. Il peut aussi bien porter un costume de fées qu’un costume de dinosaure. Mais malgré ce côté différent, Ozdo est très observateur et a un esprit aiguisé. Tous les deux vont former une belle équipe, solidaire et complémentaire, dans cette aventure fantastique, originale. J’ai beaucoup aimé ces deux personnages haut en couleur et attachant. Et les personnages qui gravitent autour d’eux ne sont pas en reste d’ailleurs !

– Récupérer Benjamin, libérer les chats qui ont une famille, délivrer les ploozes enfermés, renverser un régime totalitaire et mettre en place une démocratie.
– Super. Tu sais qu’on a maximum cinq heures ? Y a école, demain.
– Oui, je sais. Selon mes calculs, c’est jouable.
– Bon, alors allons-y.

Quand à l’univers il est riche, amusant et surprenant ! Ces petites boules vertes sont des êtres assez curieux. Le poireau méchant est terrible, terrorifiant (et je me demande si les enfants vont vouloir continuer à manger des poireaux après ça!! hihi!). L’autrice se sert de ce monde pour aborder le thème de la manipulation et de la dictature, en le faisant de façon ludique et avec beaucoup beaucoup d’humour (et par la même montre aux enfants qu’il est bon de réfléchir par soi-même).

… j’ai la chair de trouille !
– De poule, tu veux dire.
– Bah non : j’ai pas froid, j’ai peur.

Et pour cet univers amusant, il fallait une illustratrice débordant autant d’énergie et de folie que l’autrice. et c’est Marie Morelle qui a rempli ce rôle dont on avait déjà pu apprécier le travail dans Catch, tournevis et lutins-robots dans la même collection. Et je vous invite à aller visiter son compte Instagram pour y découvrir son travail plein d’humour et d’autodérision.

Aventure, humour et héros fantasques!

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s