Roman

L’Illusion de Maxime Chattam

L’Illusion

Auteur : Maxime Chattam

Lu par Charles Morillon

13h29

Audiolib, 2021
Editions Albin Michel, 2020

 

 

résumé Bienvenue à Val Quarios, petite station de ski familiale qui ferme ses portes l’été.

Ne reste qu’une douzaine de saisonniers au milieu de bâtiments déserts. Hugo vient à peine d’arriver, mais déjà, quelque chose l’inquiète. Ce sentiment d’être épié, ces « visions » qui le hantent, cette disparition soudaine…

Quels secrets terrifiants se cachent derrière ces murs?
Hugo va devoir affronter ses peurs et ses cauchemars jusqu’à douter de sa raison…

Bienvenue à Val Quarios, une « jolie petite station familiale » où la mort rôde avec la gourmandise d’une tempête d’été.

 

 

cequejenaipensé Quelle ambiance dans ce roman! Et je peux vous dire qu’écouter un tel récit a été une véritable expérience pour moi! J’aime frissonner d’effroi et d’angoisse avec les romans de Maxime Chattam, mais quand on ajoute le son… et bien ça donne quelques sursauts et un degré supplémentaire dans la frayeur !!
Hugo a ressenti le besoin de quitter, pour un temps, son quotidien et vient d’accepter un emploi de saisonnier estival dans une petite station de ski familiale, Val Quarios. Ils sont une petite douzaine d’employés qui vont devoir s’affairer à l’entretien de la station et de ses alentours, de la remise en état pour la saison hivernal. Hugo aidera l’homme à tout faire, surtout en extérieur. A peine arrivé, il ressent un sentiment étrange dans ce lieu. L’hôtel n’est pas sans rappeler celui de Shining de Stephen King (que je n’ai pas encore lu). Un silence pesant, des occupants plus déconcertants les uns que les autres, un isolement de la station, et un hôtel qui semble vivant et conçu comme un labyrinthe.
Quelques rares voitures occupaient les places autour d’eux et c’était tout, laissant l’essentiel du parking désert. L’endroit devait être glauque à la tombée de la nuit, songea Hugo. C’est bien le moment de penser à un truc pareil ! Un autre coup d’œil pour l’interminable rangée de piliers massifs, la rampe de lampes tristes, et il ne put qu’admettre que cette pensée était fondée : le lieu était sinistre. Trop vide. C’est ce qui m’attend pour les cinq prochains mois alors je ferai bien de m’y habituer rapidement.
L’esprit fertile d’écrivain-comédien de Hugo se met très rapidement en route… Surtout après une première nuit mouvementée! Était-ce un cauchemar? une hallucination due à l’altitude ? une réalité ? Hugo est quelqu’un de curieux. Peut-être un peu trop. Il veut faire connaissance avec ce lieu énigmatique, avec ses collègues. Il va poser des questions Apprendre à qui appartient ce domaine, explorer les lieux… Quand une de ses collègues part un peu trop rapidement, il trouve ça étrange et fait part de ses doutes et questionnements à Gina et Lili, deux autres employées.
Le lecteur se retrouve projeté en haut de cette montagne, au cœur de cette vallée et de ce domaine skiable inquiétant. Hugo nous transmet ses angoisses, ses questions. Le doute s’immisce en nous et nous ne savons plus si nous devons croire à ce qu’il vit, ou s’il s’agit d’hallucinations. Certains employés ont un comportement étrange, peut-être lié à la solitude qu’implique leur vie montagnarde. On pourrait penser qu’une telle promiscuité pourrait donner une ambiance conviviale entre les employés mais il n’en ai évidemment rien quand Maxime Chattam est le chef d’orchestre, quand c’est lui qui tire les fils de son intrigue. On s’attend au pire, on imagine le pire et lui… il va un cran plus haut.
Il y a des vérités bien plus effrayantes que l’ignorance.
J’ai aimé (bizarrement) l’ambiance, là où nous embarque Hugo et Maxime. J’ai aimé avoir des réponses et aussitôt après en avoir des dizaines d’autres en écho, aimer poser mon hypothèse sur ce lieu et la remettre régulièrement en doute… J’ai aimé le personnage de Hugo qui a des réactions réalistes et humaines. J’ai apprécié plusieurs autres personnages, eu de la répulsion pour d’autres, mais aussi une grande part de curiosité. A la place de Hugo, je crois que j’aurai dès la première nuit repliée mes bagages! Je suis loin d’être courageuse! Tout au long de mon audiolecture, je gardais à l’esprit le titre du roman et qu’il y avait de grandes chances que l’auteur s’amuse avec moi…
Et je tiens, ici, à saluer la présence vocale de Charles Morillon qui a une part coupable dans l’ascenseur émotionnel que j’ai pu connaître pendant mon écoute! Une voix tour à tour posée, transformée, effrayante (mention spéciale pour la scène de la piscine et de la coupure d’électricité! j’en ai encore des frissons!!), grave ou douce. Un sacré travail d’acteur et d’incarnation du texte. J’espère avoir bientôt l’occasion de retrouver une de ses lectures.
Une ambiance soignée, une intrigue inquiétante, une plume toujours aussi addictive ! 

4 réflexions sur “L’Illusion de Maxime Chattam

  1. Pingback: Bilan Février 2021 | Les Lectures d'Azilis

  2. Pingback: Concours 11 ans : les éditions Audiolib | Les Lectures d'Azilis

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s