Roman

Laver les ombres de Jeanne Benameur

couv70171346Laver les ombres


Autrice : Jeanne Benameur

156 p.
Babel, 2010

 

résumé Lea danse, jetée à corps perdu dans la perfection du mouvement ; la maîtrise du moindre muscle est sa nécessité absolue. Lea aime, mais elle est un champ de mines, incapable de s’abandonner à Bruno, peintre de l’immobile. En pleine tempête, elle part vers l’océan retrouver sa mère dans la maison de l’enfance.

 

 
cequejenaipensé Il y a quelques années maintenant, j’ai eu la chance de rencontre Jeanne Benameur dans une petite librairie près de chez moi. Une rencontre enrichissante et inoubliable. Et depuis j’ai ce livre dans ma pile à lire. Grâce à mon challenge Un mot des titres, j’ai enfin trouvé l’occasion de l’en sortir et de repenser à cette rencontre. 
Lea danse.
Ses mouvements dans l’air trouvent leurs courbes exactes. Son corps est uni à l’espace. La beauté est là. Dans le souffle qui la relie à tout.
Un moment de grâce.
Impartageable.
Dans Laver les ombres, Lea, chorégraphe, a besoin du mouvement de son corps pour vivre, appréhender le monde qui l’entoure, faire le vide. Bouger la libère. Bouger est une façon de s’exprimer à sa façon. Mais, alors qu’elle prépare un nouveau spectacle, les doutes et l’angoisse prennent le pas sur son inspiration. Elle ne s’est jamais ancré dans cette vie, comme si une part d’elle-même, de son histoire manquait. Alors, malgré la tempête qui gronde elle décide de rejoindre sa mère.
Romilda attend, assise sur son banc. Elle espère.
C’est seulement dans les contes que quelqu’un vient et vous guide.
Au même moment, sa mère Romilda repense au passé. Un passé trouble, difficile qu’elle a toujours gardé enfoui. La tempête gronde à l’extérieur, mais aussi dans son cœur. Elle se sent prête à parler, à raconter à sa fille son histoire, ce passé chaotique à la sortie de la guerre. 
L’une est prête à écouter, à entendre. L’autre libère sa parole. Tout sera-t-il dit? y aura-t-il encore des parts d’ombre.
La plume de Jeanne Benameur est délicate, légère, poétique. Le texte, la langue virevolte, dans se entre les pages de ce court roman. L’émotion se libère, se partage.
  
 
Lu dans le cadre de mon challenge Un mot des Titres

2 réflexions sur “Laver les ombres de Jeanne Benameur

  1. Pingback: Challenge Un mot, des titres : les billets (session 75 : MEMOIRE) | Les Lectures d'Azilis

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s