Roman

Changer l’eau des fleurs de Valérie Perrin

9791035406974-001-TChanger l’eau des fleurs

Autrice : Valérie Perrin

Lu par Françoise Cadol

14h43

Audiolib, 2021
Editions Albin Michel, 2018

résumé Violette Toussaint est garde cimetière dans une petite ville de Bourgogne. Les gens de passage et les habitués viennent se réchauffer dans sa loge où rires et larmes se mélangent au café qu’elle leur offre. Son quotidien est rythmé par leurs confidences. Un jour, parce qu’un homme et une femme ont décidé de reposer ensemble dans son carré de terre, tout bascule. Des liens qui unissent vivants et morts sont exhumés, et certaines âmes que l’on croyait noires, se révèlent lumineuses.

cequejenaipenséEst-ce vraiment surprenant si je vous dis que j’avais envie de lire ce roman depuis sa sortie? Et comme pour beaucoup d’entre nous : de nombreuses envies de lectures mais jamais assez de temps pour tout lire. Heureusement Audiolib a décidé de sortir ce magnifique roman en version Audio : l’occasion rêvée pour moi pour enfin le découvrir! Et ça aurait vraiment été dommage de passer à côté!

Ce roman est une merveille ! Humain, poétique, chaleureux, vibrant. Des histoires de vie qui s’entrecroisent, qui gravitent autour d’un seul et même personnage : Violette.

Violette est une garde cimetière appliquée. Elle aime son travail, prendre soin de son cimetière, de ses fleurs, écouter et observer les familles, les amis. Dans sa loge, elle accueille, écoute. Toujours avec empathie. Toujours prête à entendre leurs confidences, partager des moments de vie.

Un jour, un homme pousse la porte de son petit cocon. Il a besoin de réponse. Il se tourne vers Violette. Sa mère souhaite reposer auprès d’un homme, ici dans son cimetière. Mais cet homme n’est pas son père. Il veut savoir qui il était, pour comprendre le jardin secret de sa mère.

Cette intrusion dans sa vie va tout bousculer. Alors on apprend à connaître cet homme, sa mère, l’homme qu’elle aimait… mais surtout on apprend à connaître Violette. Pourquoi elle en est arrivée à prendre soin de ce cimetière en particulier. Pourquoi elle est si seule. Malgré toutes les personnes qu’elle croise.

Violette est un personnage doux, attentionné qui a sa part de secrets. On va remonter dans son passé. Petit à petit, les pièces se mettent en place. On apprend comment elle est entrée dans l’âge adulte, elle nous parle de son mariage avec un homme qu’elle vénère mais que nous, lecteur, ne pouvons que détester tellement son comportement avec elle est méprisable. Et puis, une phrase m’a interpellée. Il me manquait quelque chose. Comme si le personnage avait voulu dire quelque chose mais qu’elle le regrettait ou du moins ne voulait pas qu’on en sache plus. On pressent un drame…. mais dans la vie de Violette il y en a eu plusieurs. Malgré tout, elle a su se reconstruire, se protéger en ne s’investissant plus dans aucune relation. Parce qu’elle pense ne pas y avoir droit. Ou parce qu’elle pense ne pas en avoir la force.

Le lecteur est invité à entrer dans ce cimetière, à faire la connaissance de ses pensionnaires, des visiteurs, de Violette et de son entourage. Le récit est tantôt doux, mélancolique, douloureux, glauque et révoltant. Violette est un personnage qui m’a profondément touchée par sa détresse mais surtout par sa personnalité. Elle est courageuse, battante, débrouillarde. C’est une femme fragile par son passif mais bien plus forte qu’elle ne le pense elle-même. Violette me semble inoubliable.

L’intrigue est un entrelacement de portrait, de date. Chaque personne est importante. Chaque personne présente dans ce cimetière a marqué quelqu’un. Mais ce qui fait la force de ce roman c’est le fil narratif autour de l’histoire de Violette.

Dans la version audio, c’est Françoise Cadol qui incarne Violette et les autres personnages qui croiseront son chemin. Sa voix s’adapte alors au registre de chacun : doux, empathique, inquiet, coupable, colérique, brutal…  Elle a su partager les différentes émotions et donner vie à une Violette magnifique.

Dans ce roman, on parle évidemment de deuil, de mort, de perte. On pleure, on partage la douleur, on rit aussi. On en ressort avec du baume au cœur…

A l’occasion de cette lecture et de cette chronique, je vous partage une photo de moi pour une fois! Il s’agit d’un bookface réalisé pour une expo dans ma médiathèque avec la couverture du roman paru chez Albin Michel.
Je suis bien non en Violette ? (surtout de dos 😉 ).

bookfacechngerleaudesfleurs

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s