Roman

Rien ne nous séparera de Thierry Cohen

couv74199339Rien ne nous séparera

Auteur : Thierry Cohen
429 p.
Plon, 2022


résumé Maroc, 1964. Sarah et Jacob sont de pauvres paysans. Si pauvres que Jacob, contre l’avis de son épouse, accepte de confier provisoirement leur fille et leur fils à une institution de bienfaisance. Une décision qu’il regrettera toute sa vie car, quelques mois plus tard, l’institut leur annonce que les petits sont décédés.
Douze ans après le drame, une rencontre réveille le père endeuillé et le conduit à douter de la mort de ses enfants. Commence une longue quête, faite d’espoir et d’épreuves, qui le mènera peut-être à ceux que la vie lui a arrachés.
Un roman d’une humanité bouleversante, inspiré de faits réels, où l’ombre et la lumière se côtoient pour illustrer la tragédie qu’on appelle communément la vie.

çacommencepar Ils descendirent de la superbe voiture et Jacob s’avança pour les accueillir. Quelques pas timides et hésitants, qui devaient moins à son sens de l’hospitalité qu’à la crainte suscitée par l’arrivée improbable d’un véhicule de luxe dans la cour de la ferme. Il reconnut le petit homme qui s’était déjà présenté quelques semaines plus tôt.

 

Ce n’est pas faute d’avoir entendu parler de l’auteur maintes et maintes fois… mais je n’avais encore jamais ouvert un de ses livres. J’ai pourtant depuis bien longtemps J’aurais préféré vivre dans ma pile à lire. C’est donc avec curiosité que j’ai ouvert son dernier opus au titre prometteur : Rien ne nous séparera.

Il s’agit donc d’une histoire de séparation. Celle d’enfants d’avec leurs parents. Un récit inspiré d’une histoire qu’on lui avait raconté, un récit qui avait bouleversé l’auteur. Thierry Cohen s’est alors plongé dans ces dramatiques faits divers : le vol et trafic d’enfants.

Perdre ses enfants est la pire des épreuves. Elle laisse une plaie béante dans l’âme, qui jamais ne se referme.

Ici, c’est l’histoire de Jacob, Sarah, Dina et Salomon. Nous sommes au Maroc dans les années 1960. Jacob et Sarah sont pauvres et le quotidien est difficile. Alors, quand un homme vient leur proposer de les aider en plaçant leurs deux jeunes enfants dans un Institut dans lequel ils auraient de quoi manger et être en bonne santé, le temps que ça aille mieux financièrement pour eux. Sarah est offensée et horrifiée par cette offre mais Jacob pensant bien faire pour ses enfants accepte. Contre un peu d’argent. Et un papier qu’on lui fait signer mais qu’il ne sait pas lire. Il fait confiance. Il n’aurait pas dû.

Cet homme est un manipulateur, un menteur. Un arnaqueur. Jacob et Sarah ne reverront pas leurs enfants. On leur dira qu’ils sont morts de la coqueluche.

Salomon et Dina seront en réalité affamés, battus pour les rendre encore plus misérable. Cela fait partie du fonctionnement de l’institut factice de cet homme. En effet, en présentant des enfants chétifs, apeurés et maladifs, il a une mine d’or face au désespoir de parents aisés qui désirent adopter. Ce sera le cas de Raymond et Juliette qui adopteront ces deux-là. Croyant au passif créé par l’homme. Ils leur donneront une nouvelle identité – Eva et Jonathan -, une nouvelle famille, de l’amour et un autre avenir.

Le temps passe et quand Eva et Jonathan apprennent qu’ils sont des enfants adoptés, Eva décide de partir sur les traces de ses origines.

Ils s’observèrent un instant, yeux démesurément ouverts, comme statufiés, incapables de faire un geste ou de dire un mot, mais conscients que l’instant qu’ils vivaient était exceptionnel, suspendu dans le temps, n’appartenant qu’à eux. Sarah ouvrit les lèvres pour s’exprimer mais ne put émettre qu’un faible cri, comme une plainte annonçant un sanglot. Elle porta les mains à sa bouche pour étouffer le hurlement qui menaçait de jaillir.

L’auteur avance son intrigue au fil des découvertes, de la vie des différents personnages. Entre déception et espoir. Entre la vie d’Eva et Jonathan, et celle de Sarah et Jacob. Le temps passe. La vie suit son cours. Mais les blessures sont toujours là. La plaie de la séparation ne cicatrise pas. Les réponses ne sont pas au bout de leurs recherches. Il faudra attendre une rencontre, avec la bonne personne, avec la bonne époque pour que tout se déverrouille. Qu’une autre histoire se recrée.

C’est avec beaucoup d’intérêt que l’on suit cette histoire révoltante et déchirante. Une histoire réaliste car inspirée d’histoires véritables. Les douleurs, les émotions, les questions sans réponses, les actes manquées…

en bref Un roman profond, terriblement humain, émouvant. Tragique mais pas seulement…

Une réflexion sur “Rien ne nous séparera de Thierry Cohen

  1. Pingback: C’est lundi que lisez-vous ? #538# | Les Lectures d'Azilis

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s