Roman

Des âmes consolées de Mary Lawson

couv74176571Des âmes consolées

titre original : A town called solace

Autric : Mary Lawson
trad. de l’anglais (Canada) par Valérie Bourgeois
265 p.
Belfond, 2022


résuméTour à tour captivant et sombrement drôle, un roman poignant sur les chagrins, les remords et l’amour qui nous lient, une œuvre lumineuse qui démontre qu’une nouvelle vie est parfois possible.
Postée comme chaque jour derrière la fenêtre du salon, Clara, sept ans, guette le retour de sa sœur et épie l’inconnu qui a investi la maison de la voisine, Mme Orchard.
En plein divorce, au chômage, récemment arrivé dans cette petite ville de Solace et tout juste installé dans la maison que lui a léguée Mme Orchard dont il se souvient à peine, Liam Kane, la trentaine, reçoit la visite de la police. Il semble qu’il soit soupçonné d’un crime.
En fin de vie, Elizabeth Orchard repense à une faute commise il y a trente ans, aux conséquences tragiques pour deux familles et en particulier pour un petit garçon. Elle veut désespérément faire amende honorable avant de mourir.
cequejenaipensé 3 destins qui se croisent.

Clara, une petite fille de 7 ans qui attend désespérément à la fenêtre le retour de sa grande sœur récemment disparue.
Élisabeth Orchard, une femme en fin de vie à l’hôpital, qui a peur, qui se souvient, qui veut être pardonnée et se pardonner.
Liam, un homme en plein divorce et qui vient de démissionner sur un coup de tête, qui a besoin de se reconstruire, de rebondir.
Le lien ?
Une maison celle d’Élisabeth Orchard. Elle a confié la garde de son chat craintif à la petite Clara. Celle-ci prend sa tâche très à cœur. Alors, quand un intrus débarque avec des cartons chez Madame Orchard ça ne lui plaît pas.
Cet homme, c’est Liam qui vient d’hériter de la maison. En effet, Madame Orchard lui en a fait dotation de son vivant, quelques jours seulement avant son décès. Un héritage qui arrive au bon moment pour Liam alors que sa vie vole en éclats. Alors il y voit l’occasion de se poser, de réfléchir, avant de la vendre et de repartir à zéro… ailleurs.
Alors que Liam range les souvenirs de la vieille dame petit à petit, Clara intervient en son absence pour tout remettre en place. Il n’est pas question qu’il mette du désordre. La petite fille ne sait pas encore que la voisine ne reviendra plus. Une fois démasquée, elle demandera à revenir pour soigner le chat que Liam ne toujours pas aperçu.
C’est peut-être une question de conjugaison. Ou de grammaire. Notre amour a existé, existe toujours et continuera d’exister. Dans le grand continuum du temps, peut-être que ces distinctions cesseront d’être.
Clara a besoin de repères. Elle se sent perdue sans sa sœur. Ses parents, malheureux, ne cessent de pleurer, de crier. Et ne s’occupe guère d’elle. Garder ce rituel chez la voisine la rassure. Liam va devenir une sorte de confident… Bien malgré lui. Cela le met assez mal à l’aise de se retrouver seul avec une fillette. Mais ce sera aussi pour lui l’occasion de ne pas se morfondre. Il va même donner un coup de main à l’artisan venu réparer son toit et devenir son « employé bénévole ».
Quant à Elisabeth, cette fin qui se rapproche est l’occasion pour elle de revenir sur son passé et sa douleur de ne pas avoir pu être maman… Et elle dévoile peu à peu comment elle a connu il y a bien longtemps Liam et pourquoi ils ne se sont jamais revus… Elle veut se pardonner et être pardonnée.
Des âmes qui se rencontrent. Des âmes qui se consolent.
J’ai ouvert ce roman et je n’ai plus pu le refermer. Sa lecture m’a transportée auprès des trois personnages. Il m’a comme apaisée à leur contact. Ils sont tristes, ils ont peur du lendemain, de ce qui les attend. Mais ils sont comme connectés. Leur âme, leur solitude s’entrechoquent, s’emmêlent, pour se soutenir dans un moment clé de la vie, chacun a un niveau différent.
L’écriture de Marie Lawson que je découvre ici (elle est aussi l’autrice du Choix des Morrison, élu livre de l’année en 2018 par le New York Times, de L’Autre côté du pont et de Un hiver long et rude) est bienveillante, poétique et adjectif. Le récit et intelligemment construit en polyphonie narrative. Chaque personnage porte son histoire, ses doutes, ses espoirs tout en faisant petit à petit avancer l’intrigue et le lien entre eux.
en bref

Un roman brillant, amusant, émouvant et attachant.
Un roman où on se sent bien, où on s’attache très vite aux protagonistes.
Et j’ai adoré la courte scène finale de points juste pas fait pour clore ce roman coup de cœur.
coup de coeur
 

Une réflexion sur “Des âmes consolées de Mary Lawson

  1. Pingback: Des âmes consolées, Mary Lawson – Pamolico – critiques romans, cinéma, séries

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s