Roman policier

Ne pars pas sans moi de Gilly Macmillan

Ne pars pas sans moi

Auteur : Gilly Macmillan

605 p.

Pocket, 2017 ( 16728)

résumé Un petit garçon de 8 ans est enlevé. Pour l’opinion et les médias, une seule coupable : sa mère. Et ils veulent sa peau… Alors qu’elle se promène dans les bois avec son fils Ben, Rachel le laisse partir devant elle jusqu’à l’aire de jeux. Quand elle arrive sur les lieux, Ben a disparu. Bientôt, médias et réseaux sociaux se déchaînent : Rachel est accusée d’être une mauvaise mère qui n’a pas veillé sur son fils…à moins qu’elle n’ait fait le coup ? Attaquée de toute part, soupçonnée par la police, Rachel ne peut se fier à personne : Elle seule peut découvrir la vérité et retrouver Ben.
 Aux yeux des autres, nous sommes rarement ce que nous croyons être.
Quand nous rencontrons quelqu’un pour la première fois, nous avons beau faire de notre mieux pour nous montrer sous notre meilleur jour, le risque de donner une fausse impression de qui nous sommes existe toujours.
cequejenaipensé Alors que Rachel et son fils de 8 ans, Ben se baladent en forêt comme souvent le week-end, elle le laisse prendre un peu d’avance. Sans méfiance. Le plaisir de le voir épanoui. Mais l’enfant disparaît au bout du chemin. C’est cette image que Rachel garde de son fils. Que s’est-il passé? Où est Ben? La panique l’envahit, la détresse… La police arrive, les recherches se mettent en place… La presse s’emballe. L’inspecteur Jim Clemo est chargé de l’enquête.
Une disparition inquiétante d’enfant, l’attente, l’enquête, le mystère autour de tout ce qu’il a pu se passer… il ne m’en fallait pas plus pour me pencher sur ce roman captivant. L’auteur, Gilly Macmillan, de façon ingénieuse, construit son récit en plusieurs temps : le moment de la disparition et quelques mois plus tard, alternant les points de vue de Rachel et Jim à l’époque et les séances psy de Jim sur l’impact de cette enquête sur sa vie. Les divers personnages nous livrent leurs émotions à l’état brut. On assiste à la disparition, on se met à la place de Rachel qui est dévoré de l’intérieur par la perte de son fils. On vit son désarroi, sa peur viscérale. On comprend ses réactions, ses appels à l’aide, sa solitude. J’ai eu une réelle empathie pour ce personnage que les médias pointent du doigt. Ils la tiennent pour responsable et les commentaires sur le net n’en sont pas moins déprimants. Du côté des flics, ce n’est pas forcément mieux puisqu’ils ne l’écoutent pas forcément. Jim et son équipe sont dans le flou. Le temps presse quand il s’agit d’une disparition d’enfant. Ils le savent. Les pistes, les interrogatoires ne donnent rien.
Par les comptes rendus des différentes séances de Jim avec la psy du service près d’un an plus tard, nous donne lieu de penser que l’affaire a été lourde de conséquences, on craint le pire et cela intensifie notre lecture.
Du coup, pas d’ennuis pendant cette lecture. Bien au contraire ! Les pages se tournent toutes seules pour la simple et bonne raison qu’on a envie de savoir ce qu’il a pu se passer. La lecture est prenante et assez obsédante car à chaque fois que je posais mon livre il me tardait de le retrouver.
Rachel est un personnage mal mené par l’auteur mais aussi par les autres personnages. Entre la disparition de son fils, les accusations la visant, elle va devoir faire face à la vérité sur son passé car l’enquête va remuer des choses que certains auraient préféré que cela reste caché. Cette histoire va également avoir le mérite de révéler la vraie face des gens entourant Rachel. Comme on dit, ce sont dans les coups durs de la vie que l’on reconnaît ses véritables amis.  Que l’enquête finisse bien ou mal, au fil des pages, on prend conscience que plus rien ne sera comme avant.
J’ai beaucoup aimé également le personnage de Jim. Un policier qui ne demande qu’à faire ses preuves, qui est droit dans ses baskets. Il est intelligent, efficace mais pourtant pas infaillible c’est ce que nous prouve ses séances avec la psy. Il a été ébranlé par cette histoire, professionnellement et personnellement. J’aime bien voir, pour une fois dans un roman, un enquêteur qui ne brille pas forcément, qui fait des erreurs et qui doit les assumer.
L’auteur, en tout cas, nous fait vivre une lecture vraiment intense et angoissante. Et le final nous offre une belle surprise que je n’avais pas vu venir! Mais qui est tout à fait « logique » si on peut dire!
en bref Un thriller passionnant et prenant, où il faut se méfier de tout le monde!

Une réflexion sur “Ne pars pas sans moi de Gilly Macmillan

  1. Pingback: Bilan Juillet 2017 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s