Roman policier

La Fille idéale de Gilly Macmillan

La Fille idéale

titre original : The perfect girl

Autrice : Gilly Macmillan

trad. de l’anglais par Christel Paris

501 p.

Pocket, 2018

résumé Zoe est la fille idéale : élève brillante, enfant modèle, musicienne talentueuse… Pourtant, l’adolescente cache un lourd secret : quelques années auparavant, elle a été à l’origine d’un
tragique accident.

Zoe tente à présent de se reconstruire. Sa mère, Maria, et elle ont emménagé dans une autre ville. Maria s’est remariée avec un homme qui ignore tout de leur passé. Pour la mère, l’accident et ses répercussions n’ont plus aucune place dans le cocon de la  » famille idéale  » qu’elle a créée.

Le soir où Zoe doit donner le concert pour lequel elle se prépare depuis des mois, la nuit tourne au cauchemar et un meurtre est commis. Alors que tous essayent de comprendre les raisons de ce crime, Zoe sait que la vérité n’est jamais aussi simple que l’on pourrait le penser et que les apparences sont souvent trompeuses.

çacommencepar Avant le début du concert, je reste debout à l’entrée de l’église et je regarde la nef. Des ombres planent, menaçantes, sur les voûtes du plafond bien que la lumière à l’extérieur n’ait pas encore baissé ; derrière moi, les grandes portes en bois ont été fermées.

J’avais apprécié ma précédente lecture de l’autrice, Ne pars pas sans moi. J’attendais donc beaucoup de ce nouvel opus… et je pense que j’en attendais trop. J’ai trouvé cette lecture intéressante, intrigante mais malheureusement longue…

Passé et présent se croisent dans ce nouveau récit de Gilly Macmillan. On passe sans cesse du présent lus ou moins proche et au passé du personnage principal, Zoé, la fille idéale… ou pas. Zoé est une jeune pianiste virtuose. Mais son passé est entaché par un drame. Une terrible erreur qui l’a envoyé en prison pour mineur, une erreur qui la hante jour après jour. Ce passé remonte brutalement à la surface, faisant voler en éclat le nouvel équilibre familial. Un équilibre perturbé par un nouveau drame.

L’univers que crée l’autrice ici est un huis clos oppressant. De multiples questions se posent quant à la personnalité et aux secrets de chacun. Gilly Macmillan emboîte les récits afin d’éclairer l’ensemble de la situation présente. Mais cela peut avoir l’effet contraire : le dérouter un peu. J’ai trouvé que cela ralentissait le rythme. L’intrigue qui se passe dans le présent se passe dans un laps de temps très court. Le ressort dramatique utilisé par l’autrice pour faire durer le côté thriller psychologique est peu surprenant parfois un peu simpliste, comme la lecture en plusieurs fois du mail de demi-frère de Zoé, un mail essentiel pour comprendre la situation.

Je suis au final très mitigée pour cette lecture. J’ai trouvé l’intrigue intéressante et je ne m’attendais pas à certaines choses. L’écriture de l’autrice est prenante et sait nous faire tourner les pages alors qu’on avait décidé de poser le livre. Mais avec le recul, j’ai lu ce roman beaucoup plus lentement que d’autres, certainement parce que certains passages n’ont pas su me captiver, et que d’autres m’ont très peu surprise.

Alors si vous avez commencé votre découverte de l’autrice par ce titre, je vous conseille de retenter l’expérience avec Ne pars pas sans moi qui est beaucoup plus passionnant !

en bref L’intrigue est là mais trop lente à mon goût. J’aurais aimé un peu plus de surprises et de tension psychologique.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s