Roman

Linea Nigra de Sophie Adriansen

Linea nigra

Auteure : Sophie Adriansen

493 p.
Fleuve, 2017 (Noir)

EN LIBRAIRIE LE 14 septembre 2017

 

résumé Ce roman est celui d’un amour naissant entre un homme et une femme. Ce roman est celui de cette femme bientôt mère. Et avant cela, enceinte. Entre ces deux états, un accouchement. Une fin et un début à la fois. La ligne noire verticale apparue sur le ventre de Stéphanie annonce ce tsunami, ce condensé fiévreux d’existence que provoque la maternité.

çacommencepar Il veut me faire un enfant dans le dos.
Il ne s’est pas retenu sous prétexte que ce moment de mon cycle est sans risque. Je le soupçonne de vouloir me féconder pour verrouiller notre amour.

cequejenaipensé Après avoir beaucoup entendu parlé du précédent roman de Sophie Adriansen, Le Syndrome de la vitre étoilé, j’avais très envie de découvrir à mon tour sa plume. C’est désormais chose faite avec son prochain roman à paraître aux éditions Fleuve, Linea Nigra, qui en est la suite. Je ne le savais pas et cela ne m’a dérangé en rien dans ma lecture. Dans Le Syndrome, l’auteure évoquait le désir d’enfant de son personnage. Dans Linea Nigra, Stéphanie dresse une sorte de journal de sa grossesse : avant, pendant et après.

Avant, elle rencontre enfin LA bonne personne, Luc. Elle nous parle de sa relation avec lui, de leur complicité naissante, de l’arrivée rapide de son « nouvel état ».
Pendant, elle évoque les doutes, les peurs, les espoirs, ses réflexions, ses recherches pour avoir la meilleure des grossesses, le meilleur des accouchements… elle cherche à se rassurer, à comprendre. Elle raisonne sur le droit pour chaque femme de disposer de son corps comme elle le souhaite, de ne pas subir le diktat imposé par la norme française en matière d’accouchement. Chiffres, articles, lois à l’appui.
Après, il faut accepter que tout ne se passe pas toujours comme on le désirait ou comme on l’avait prévu, il faut apprivoiser sa nouvelle vie, il faut trouver un nouvel équilibre.

La construction originale de ce récit est vraiment très agréable à lire : passé et présent se croisent, se répondent, entrecoupés d’articles de presses, de commentaires plus ou moins bienveillants des uns et des autres. L’auteure par le biais de son personnage dresse un état de lieu sans concession de la réalité. Cela peut rassurer ou faire peur. J’avoue que j’ai appris beaucoup de chose sur la grossesse et l’accouchement. Ce livre est à la fois un roman et un documentaire. et l’auteure a trouvé le juste équilibre entre les deux. On côtoie Stéphanie, on l’assiste dans ses démarches, on découvre avec elle. Et elle en retour nous partage ses recherches, ses observations, ses doutes. Elle met en perspective ses démarches et son expériences avec les différentes coutumes d’autres pays, notamment la Suède. Et une fois tout ça lu, « digéré, on est à même de se questionner autant que ce personnage sur la liberté de choisir sa « délivrance », de vouloir connaître toutes les options pour décider par elle-même.

J’avoue qu’au début de ma lecture, je me suis dit que ce roman n’était pas fait pour moi car je ne suis pas dans cette situation et je ne sais pas si je le serais en jour. Mais finalement j’ai tourné les pages avec pas mal de curiosité, et d’attente au final aussi. Quelque part je me dis que le jour où ça m’arrivera (si?!), et bien je saurais que j’ai le droit de choisir (bon j’avoue que ça fait parfois un peu peur aussi!!). Dans ce roman, qu’on peut sans doute nommé docu-fiction, Sophie Adriansen passe clairement un message qui aidera à déculpabiliser la femme sur son rôle de mère et de son droit à choisir. On note aussi la note d’optimisme sur l’évolution actuelle des mœurs et de reconnaissance envers une partie du corps médical qui sait rester à l’écoute des ses patients. Sans jugement, l’auteure a su donner la parole aux différentes options existantes, afin de proposer un maximum de pistes de réflexion.

 12992811_10209213650040435_505270499_n Un docu-fiction intéressant, documenté et original dans la façon d’être traité.  On ne s’ennuie pas pendant notre lecture : le lecteur est en position de prise de conscience de la réalité des choses, sans jugement.

Une réflexion sur “Linea Nigra de Sophie Adriansen

  1. Pingback: Bilan Septembre 2017 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s