Roman policier/Roman "jeunes adultes"

You don’t know my name de Kristen Orlendo

You don’t know my name
tome 1

Autrice : Kristen Orlendo
trad. de l’anglais (Etats-Unis) par Marie Cambolieu
398 p.

Milan, 2017

résuméLes parents de Reagan, 17 ans, font partie des Black Angels, une division secrète de la CIA spécialisée dans la libération des otages et la lutte contre les attaques terroristes. Reagan a passé sa vie à changer d’identité du jour au lendemain, à mentir à ses rares amies, voire à éviter toute forme d’intimité avec les gens qu’elle rencontre. Entraînée depuis sa plus tendre enfance au combat à mort et aux armes, elle est censée, le moment venu, rejoindre à son tour les rangs de l’agence.Cependant, Reagan n’est pas sure de vouloir marcher sur les traces de ses parents. Surtout depuis qu’elle connaît Luke, son nouveau voisin : tomber amoureuse de lui n’a jamais fait partie du programme… Mais des événements inquiétants se multiplient autour de Reagan. Elle se sent surveillée. Lorsque ses parents sont enlevés par un baron de la drogue, lui-même ancien Black Angel, elle n’a plus le loisir de s’interroger sur son avenir : elle part à leur recherche avec Luke et les Black Angels. Une aventure dangereuse, dont Reagan sortira meurtrie. Avec un seul objectif désormais : la vengeance.

çacommencepar Les chiffres sur l’écran de mon portable semblent me défier.
Plus que trente minutes d’entraînement sur cible avant de m’attaquer à mes devoirs. J’inspire profondément et m’essuie le front, encore humide après mon jogging quotidien et ma séance de krav-maga avec ma mère.

cequejenaipensé Roman d’espionnage, You don’t know my name n’est pas sans rappeler Alex Rider d’Anthony Horowitz. A la différence que Reagan, l’héroïne de Kristen Orlendo, sait depuis toujours ce qu’elle sera plus tard. Ses parents font tous les deux parties d’une organisation secrète de la CIA. Et depuis qu’elle en a l’âge, Reagan s’entraînent aux sports de combat, aux tirs, et se soumet à un entraînement drastique quotidien. Comme leurs missions sont très sensibles, ils doivent régulièrement changer de vie, d’identités. Reagan prend désormais conscience que cette vie est devenue un poids pour elle. Elle aime ses parents mais rêve d’autre chose pour son futur. Elle en a surtout marre qu’on décide pour elle sans lui demander ce qu’elle veut vraiment elle.Alors quand leur dernière mission tourne au fiasco, Reagan comprend qu’elle va encore devoir tout quitter. Quitter sa meilleure amie de cette énième vie. Mais surtout quitter Luke. Même si elle lutte contre ses sentiments, c’est difficile de ne pas céder surtout quand on a 17 ans.

Un cartel mené par un certain « Marteau » est sur les traces de ses parents. Et semble déterminer à l’enlever elle, à la torturer. A la tuer. L’alerte est lancée mais trop tard. Ses parents sont kidnappés. Les automatismes appris par Reagan depuis son plus jeune âge se mettent en branle. C’est une pointure en stratégie. Mais dans l’organisation personne ne veut l’écouter car elle n’est pas encore un membre actif de la situation. Colère et vengeance gonflent en elle.

J’ai beaucoup aimé le caractère de Reagan. Une certaine empathie s’est installée entre elle et moi. En effet, on peut aisément comprendre son envie d’indépendance et son ras-le-bol de la situation. Par contre, quand les siens sont en danger, elle sait mettre de côté ses rancœurs et adopte automatiquement les réflexes d’une espionne efficace et compétente. C’est une jeune femme pleine de ressources, intelligente et observatrice. Elle est très à l’écoute des autres et refuse de les faire souffrir par sa faute, quitte à elle-même souffrir. Elle n’a pas sa langue dans sa poche et s’exprime comme une adulte mature. Son seul défaut : agir parfois un peu trop rapidement en oubliant les règles fondamentales. Cela crée des situations à risque et qu’elle pourra regretter.

Côté intrigue, l’autrice imagine un récit pleins d’actions, et de rebondissements. Pas beaucoup de répits pour ses personnages et son lecteur. Du coup, les pages défilent assez rapidement. Et même si l’histoire ne révolutionne pas le genre, on se laisse quand même prendre dans le mouvement, à la fois par l’attachement aux différents personnages mais aussi par le besoin de savoir comment cela va pouvoir se terminer pour les parents de Reagan. La dernière partie du récit se lit en apnée : action, explosion, stress ! Les éléments sont en place pour offrir une belle suite aux aventures de Reagan, et la vengeance sera au menu sans nul doute.

12992811_10209213650040435_505270499_n  Un bon premier tome qui tient en haleine et qui donne envie d’avoir très vite la suite entre les mains!

Une réflexion sur “You don’t know my name de Kristen Orlendo

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #325# |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s