Roman

Une vie entre les pages de Cristina Caboni

Une vie entre les pages

Titre original : La Rilegatrice di storie perdute
Autrice : Cristina Caboni
trad. de l’italien par Marie Causse
426 p.
Pocket, 2021

Une ode au pouvoir des livres, mais aussi au courage et à la force des femmes…Sofia Bauer, ancienne bibliothécaire et relieuse à ses heures perdues, vit à Rome. Son couple bat de l’aile et la jeune femme sent peu à peu sa vie glisser entre ses doigts. Passionnée de livres anciens, elle rentre un jour dans une librairie et s’y voit offrir un vieil ouvrage contre la promesse de le remettre en état. Elle ignore alors qu’elle est à l’aube d’une aventure rocambolesque, qui va lui ouvrir les portes du passé et la réconcilier avec le présent.
Tandis qu’elle s’attelle à la restauration de l’ouvrage, Sofia tombe en effet sur une lettre manuscrite, dissimulée entre les pages. Celle-ci est signée de la main de la relieuse originale du livre, une certaine Clarice von Harmel, ayant vécu à Vienne au début du XIXe siècle, à une époque où cette profession était encore réservée aux hommes. Une femme qui semble s’être battue pour son indépendance et sa liberté, la payant au prix fort, et a dissimulé son message telle une bouteille à la mer dans l’océan du temps. Elle y évoque un fascinant secret que Sofia n’aura alors de cesse que de mettre au jour, aidée en cela par Tomaso Leoni, fameux chasseur de livres rares et expert en graphologie… Page après page, indice après indice, le couple mène l’enquête à travers l’Europe et redonne une voix à Clarice, dont le courage et la détermination serviront de guides à Sofia pour reprendre sa vie en main…
cequejenaipensé Quand je vois dans un résumé les mots bibliothèque, libraire ou livre, il faut que je lise le roman! Oui c’est une obsession comme une autre! Dans ce roman, on ajoute, Italie, mystère, relieuse… ça a fini par me convaincre! Et quelle superbe voyage!
Les livres sont comme ça, chacun y voit une petite part de lui. Ils peuvent être des réponses à des questions qui nous tourmentent, et même à celles que l’on ne s’est pas encore posées. Les livres ont un immense pouvoir.
Sofia vit à Rome. Elle est mariée depuis 5 ans mais elle se sent de plus en plus enfermée, seule. Elle étouffe et son mari est assez abject (je vous laisse en juger mais on va dire qu’il faudrait qu’il évolue un peu le monsieur!!). Elle réussit à prendre le large et a trouvé refuge chez ses grands-parents, actuellement en voyage. Alors qu’elle se balade son chemin croise celui d’une vieille libraire. Elle entre. Ce lieu réveille en elle sa passion pour le livre (elle était bibliothécaire – avant son mariage – et s’était spécialisée dans la reliure). Le libraire, charmée par la jeune femme, va lui confier un vieux livre qui a attiré le regard expert et passionnée de Sofia. Il s’agit d’un livre très abîmé datant du XIXème siècle. Dans cet ouvrage, elle trouvera la lettre de la personne qui l’a reliée semble-t-il à l’époque. Tout un mystère plane autour de cette missive et éveille la curiosité de Sofia (et la nôtre!!!).
Mais l’autrice, Cristina Caboni, ne s’arrête pas à l’histoire de cette jeune femme et à son enquête. En effet, il s’agit ici d’un roman à deux voix et se passant à deux époques. Aujourd’hui et au XIXIème siècle. La partie dans le passé se déroule au XIXème siècle où l’on découvre le destin compliqué de la jeune Clarice. Cette dernière a été confiée à son oncle et sa tante suite aux décès de ses parents. Son oncle est très intéressé par son héritage et prend soin d’elle à sa façon, et veut en faire une fille bien à marier. Mais Clarice est curieuse, intelligente, indépendante. Et à cette époque c’est dangereux.
Elle ne lui répondait pas, elle n’aurait pas pu. L’émotion qu’elle éprouvait était trop forte. Elle sût que, quoi que leur réserve le futur, cet instant qu’ils venaient de partager resterait à jamais entre eux.
Intime, un point d’union, quelque chose d’extrêmement important.
J’ai aimé suivre le destin, l’histoire de ces deux femmes à deux siècles d’intervalles, mais dont l’envie de liberté et d’indépendance se répondent, se font écho. On se doute bien que Clarisse est la relieuse que recherche Sofia et il est très plaisant de découvrir son histoire tout en suivant l’enquête de Sofia. On a l’impression de prendre les devants sur ses découvertes, d’en savoir un peu plus qu’elle, tout étant aussi ignorant que Sofia sur cette missive mystérieuse et le secret de la jeune femme.
Cristina Caboni a une écriture qui nous implique dans le destin de ses personnages. On se prend au jeu de cet énigme historique et littéraire (j’avoue j’ai cherché à savoir si l’auteur en question avait réellement existé ! ). J’ai été passionnée par les passages qui concernaient le travail du relieur. Mais aussi par l’histoire de ces deux jeunes indépendantes et éprises de liberté. L’une peut-être un plus sûre que l’autre, et qui pourront s’appuyer sur des personnes de confiance pour affronter les épreuves.
Peut-on choisir entre un mensonge qui fait vivre et une vérité qui fait mourir ?
 
Je vous conseille cette double intrigue, entre passé et présent, ce double portrait de femme éprise de liberté et d’indépendance. Les amoureux des livres devraient être autant charmé que je l’ai été.

3 réflexions sur “Une vie entre les pages de Cristina Caboni

  1. Pingback: Bilan Mai 2021 | Les Lectures d'Azilis

Répondre à Azilis Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s