SF / Fantastique

La Nuit des reines d’Alex Bell

couv24200937La Nuit des reines

Titre original : Music and Malice in Hurricane Town

Auteur :  Alex Bell

trad. de l’anglais (Grande-Bretagne) par Françoise Nagel

378 p.

Bayard, 2021

résumé
Jude Lomax, jeune musicienne, vit dans les bas-fonds de Baton Noir, ville où la magie est au service des puissants.
Chaque année, lors de la Nuit Cojoue, une reine est élue, bénie par les dieux. Pendant un an, elle aura la possibilité de faire régner le calme ou la terreur dans la ville. Dotée de pouvoirs infinis, elle est d’une puissance sans égal. Ivory Monette gouverne depuis plus de cinquante ans quand elle est sauvagement assassinée. Assoiffée de vengeance, elle prend possession du corps de Jude et la force à l’aider à retrouver son meurtrier. En échange, elle aidera son père, infirme depuis huit ans.
Jude, que la magie rebute par-dessus tout depuis qu’elle a détruit sa famille, lors du terrible accident qui lui a coûté la vie de son frère, va devoir aller au-delà des préjugés qu’elle a sur les pratiques cojoues. Elle n’a pas d’autre choix que d’accepter de faire partie des manigances de l’ancienne Reine.
Face à l’adversité, Jude va trouver des alliés inattendus, dont Le Fantôme, propriétaire du manoir hanté de Moonfleet et dont personne n’a jamais vu le visage…

cequejenaipensé A force de voir sortir les différents tomes de la trilogie du Club de l’Ours Polaire à la bibliothèque, j’étais curieuse de découvrir la plume d’Alex Bell. Et j’ai commencé par son nouveau roman… Je déteste tout ce qui est reptile… la couverture aurait dû me rebuter… mais non! Des fois je ne me comprends pas ! Et j’ai eu le plaisir de le recevoir accompagné de très jolis goodies : masque en dentelles, bracelet de pierre au motif reptilien, une invitation bien mystérieuse ainsi que quelques cartes postales à l’ambiance vaudou inquiétante.
Le ton était donné.
Parfait pour commencer la lecture dans un bon esprit.
Nouvelle-Orléans.
Bâton Noir.
Jazz.
La Nuit Cojoue arrive.
Une nouvelle Reine sera élue. Comme chaque année.
Et depuis des années, c’est la puissante sorcière Ivory Monette qui est réélue. Depuis 50 ans.
Mais elle vient d’être assassinée…
Jude vit avec son père dans les bas-fonds de Baton Noir. Elle peine à subvenir aux besoins de leur duo. Lui est malade et dépéri jour après jour. la remarquant à peine. Toujours en colère et désespéré. Elle, elle jongle entre les petits boulots mal payés et souvent risqués, et sa passion pour la musique. D’ailleurs, c’est sa fanfare qui a été choisi pour animer le jazz funeral de la procession de la Reine déchue. Un événement qui va plonger Jude dans la tourmente. Elle qui fuit tous les gris-gris et toutes formes de magie noire (ce qui n’est pas facile dans cette ville où les démons sont à chaque coin de rue) va se retrouver habiter par la Reine et hérité de quelques uns de ses pouvoirs et d’une protection animale imposante : un python.
Ivory va la forcer à l’aider à retrouver son meurtrier en échange de son aide pour sauver son père. Jude ne peut refuser.
Elle va devoir aller à l’encontre de ses résolutions et aller au devant du danger. Car pour trouver la vérité, il lui faudra approcher les âmes les plus sombres de la ville, se jouer d’eux, les espionner, voler, et pratiquer quelques rituels…
Jude est une jeune fille coriace et qui s’adapte vite à la situation. Et il va lui falloir une sacré dose de sang froid. On ressent sa fragilité vis à vis de son passé. Elle donne tout pour s’en sortir. J’ai apprécié sa façon de s’adapter comme un caméléon à la situation, déchirée entre ses doutes, ce qu’elle apprend de son acolyte surprenant, ce que lui dicte Ivory. Pas facile de faire le tri dans tout ça. Pas facile de garder l’esprit clair.
J’ai adoré l’ambiance de la ville, une ambiance assez glauque, inquiétante, pesante. Le fantastique s’insinue partout. des fantômes, des vampires, des maisons hantées, des crimes innommables…
Alex Bell nous offre une histoire envoûtante, prenante. Une fois plongée dans ce récit, on est curieux d’avoir les réponses, de savoir qui manipule qui. J’ai même apprécié le python (oui oui moi la phobique des serpents je me suis dit que celui-ci j’aimerai bien l’approcher en tant qu’amie évidemment). J’ai anticipé une partie du final assez tôt dans ma lecture mais cela n’a pas empêché mon plaisir, d’autant que l’autrice a su imaginé une fin ouverte comme je les apprécie.
 
Forramus2

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s