Roman jeunesse

Super Globo de Véronique Delamarre et Pascale Perrier

couv23973076Super Globo

Autrices : Véronique Delamarre et Pascale Perrier

Illustratrice : Joëlle Passeron

145 p.

Sarbacane, 2022 (Pépix)

résumé Savez-vous ce qui se passe quand un virus attaque ? Les soldats de votre système immunitaire s’élancent pour terrasser l’ennemi : c’est la guerre. Normalement, tout se finit bien, car les défenseurs de votre organisme sont très forts. Mais il arrive que les choses se compliquent… Voici l’histoire d’une équipe de combattants pas comme les autres : Globo, Zée et Nininja. Un intrépide globule blanc légèrement frimeur, une cellule dendritique légèrement snob, et une lympho tueuse à la gâchette facile !

cequejenaipensé Pascale Perrier, Véronique Delamarre et Joëlle Passeron font leur entrée dans la collection magique, drôlissime et riche en aventure de chez Sarbacane : Pépix.

Cette fois-ci donc, il s’agit d’un roman écrit à quatre mains comme on dit! D’un côté, il y a Pascale Perrier, dont j’ai déjà pu lire plusieurs romans (Stolen, Vol 508, à la vie, à la mort et Et derrière les nuages) plutôt destinés aux adolescents. Je la découvre donc dans un nouveau registre plus enfantin. Elle a une bibliographie très fournie et a déjà reçu plusieurs prix littéraires. Tout comme sa comparse, Véronique Delamarre qui a été mise à l’honneur dans mon département puisqu’elle a obtenu le prix #Lirejeune47 (2021) avec son roman Banzaï au pays des mangas. Toutes deux ont déjà écrit ensemble, notamment la série Mytho aux éditions Slalom, sous le nom de plume Fanny Gordon.

Côté illustration, Joëlle Passeron est toute nouvelle dans la collection Pépix, mais a déjà illustré bon nombre de romans comme la série Team aventure, Copains des cabanes, ou encore le Chat Pitre… Son trait énergique et fantasque colle à merveille à l’univers « corporel » imaginés par les deux autrices.

Quand je dis « corporel », c’est parce que ce roman se passe à l’intérieur d’un corps, celui de la jeune Sarah, à un niveau microscopique : celui des globules blancs. Quand j’ai commencé ma lecture, l’ambiance m’a fait pensé aux romans Oscar le Medicus d’Eli Anderson où par le biais d’un objet magique, un jeune garçon se retrouvait à l’intérieur du corps de son chien, à croiser toutes un tas de personnages peuplant le microcosme biologique de son fidèle toutou. Ici, pas de mécanisme magique : les personnages principaux sont les leucocytes, ou globules blancs, les cellules peuplant notre système immunitaire !

super-globo-p-12-13-1400x

Le héros se nomme Super Globo. Un peu frimeur sur les bords, il aime rouler des mécaniques mais il est aussi très appliqué dans sa mission contre les virus ! Il est sous le charme de la belle Zée. Cette petite globule a la particularité d’être une bibliothèque vivante : elle connaît sur le bout des doigts l’encyclopédie des virus déjà entrés en contact avec le système immunitaire de Sarah. Et pourtant, ce duo de choc va se faire avoir par un virus. Arrivé au nombre de trois, les petits nouveaux avaient l’air bien inoffensifs. Ils ne ressemblaient ni aux microbes des oreillons, ni de la rougeole, ou encore de la gastro. En plus, ils parlaient une langue étrange, difficile à comprendre. mais leur look dégingandé n’a pourtant pas éveillé la méfiance de Globo et de Zée… L’esprit un peu ailleurs, Globo les autorise à passer, les considérant comme des aventuriers de passage qui au pire ne seraient pas plus grave qu’une rhume pour leur Sarah…

Vous voyez où je veux en venir ? Et oui, Glogo et Zée auraient dû se méfier car ces trois microbes vont être dévastateurs pour l’organisme de leur humaine. Ils vont devoir partir à l’aventure dans son corps pour lutter, enclencher la multiplication des globules blancs pour contrer l’infection. Et pour ça, ils vont pouvoir compter sur une globule blanc téméraire, Nininja !

super-globo-p-58-59-1400x

Les deux autrices nous offrent donc un univers à la croisée entre le roman d’aventure et le documentaire, car mine de rien, le jeune lecteur va apprendre quelques petits choses sur le fonctionnement de son propre système immunitaire : ce qui n’est pas sans importance à la période où nous vivons vous ne croyez pas ?

En tout cas, nous avons là un roman inventif, drôle, riche en rebondissement et en action. J’ai adoré suivre les aventures et les tentatives de Globo et ses camarades. Et j’imagine sans mal qu’ils pourraient vivre encore bien d’autres aventures « immunitaires ».

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s