Feel good books/Roman

J’ai toujours cette musique dans la tête d’Agnès Martin-Lugand

J’ai toujours cette musique dans la tête
Auteur : Agnès Martin-Lugand
360 p.
Michel Lafon, 2017

résuméYanis et Véra ont la petite quarantaine et tout pour être heureux. Ils s’aiment comme au premier jour et sont les parents de trois magnifiques enfants. Seulement voilà, Yanis, talentueux autodidacte dans le bâtiment, vit de plus en plus mal sa collaboration avec Luc, le frère architecte de Véra, qui est aussi pragmatique et prudent que lui est créatif et entreprenant. La rupture est consommée lorsque Luc refuse LE chantier que Yanis attendait. Poussé par sa femme et financé par Tristan, un client providentiel qui ne jure que par lui, Yanis se lance à son compte, enfin. Mais la vie qui semblait devenir un rêve éveillé va soudain prendre une tournure plus sombre. Yanis saura-t-il échapper à une spirale infernale sans emporter Véra ? Son couple résistera-t-il aux ambitions de leur entourage ?.

çacommencepar
Il était venu pour se faire une idée de leur travail. Savoir s’il pouvait confier à ce cabinet d’architectes, dont il entendait de plus en lus parler, la rénovation totale de l’immeuble délabré dans lequel il avait récemment investi. Un seul des deux associés, celui qui lui faisait face, monopolisait la parole. L’autre paraissait bien fade à côté ; il l’occulta totalement.

 

 

cequejenaipenséQui dit nouveau roman d’Agnès Martin-Lugand , dit une Azilis trop heureuse!!!

Comme chaque année (oui c’est devenue une habitude!), j’attends avec beaucoup de fébrilité le nouvel écrit d’Agnès Martin-Lugand. J’ai toujours cette envie de me laisser porter par la poésie des mots de l’auteure, de retrouver son univers, sa sensibilité, ses personnages si réels, si sincères. C’est ce qui fait la force de ses histoires : ses personnages et sa façon de les faire agir, de les faire se mouvoir sous nos yeux. Ils pourraient être nous tellement leur quotidien se rapproche du nôtre.
Cette fois-ci, nous faisons la connaissance d’un couple fusionnel, uni et tendrement amoureux depuis des années. Celui de Véra et Yanis. Leur complicité est belle à voir. Ils ont trois enfants. Elle travaille dans une agence de voyage, lui dans un cabinet d’architecte auprès de Luc, le frère de sa femme. Ils ne sont pas riches mais vivent aisément et ils sont heureux comme ça. Mais Yanis n’est pas heureux au travail (crise de la quarantaine?). Même si Luc est son meilleur ami, il ne s’y épanouit pas, se sent sans cesse rabaisser. Alors quand un nouveau client se présente, il fait tout pour décrocher le contrat et prouver qu’il en est capable. Tout ne se passera pas comme prévu et il se dirige vers un clash inévitable entre lui et Luc.
Le lecteur assiste impuissant à cette colère qui bouillonne en lui, à cette détresse de ne pas vouloir décevoir sa femme, ses enfants. Décidé, il ouvre sa propre agence et va s’occuper de ce contrat plus qu’ambitieux de ce nouveau client, Tristan. Client qui va devenir un ami proche de la famille, qui sera là dans les bons et les mauvais moments. Une nouvelle vie semble s’ouvrir à Yanis et Vera. Une vie où tous deux pourra s’épanouir… mais… Et oui il y a toujours un mais avec Agnès Martin-Lugand. Comme souvent avec elle, elle nous laisse nous mettre au rythme de ses personnages, les découvrir, les apprécier (ou pas! parce que parfois ils ont des réactions tellement énervantes… mais tellement humaines aussi!). On évolue à leur côté, on est spectateur de leur vie. Et puis la vie et ses caprices les rattrapent. Les mauvaises rencontres, les vampires d’énergie comme j’aime les appeler, les manipulateurs se mettent en travers de leur chemin si paisible. Comme si on ne pouvait jamais être simplement heureux, ou plutôt comme s’il fallait une épreuve pour prouver que finalement tout allait bien.
 Comme avec le personnage de Yaël dans son roman Désolée, je suis attendue, l’auteure met en avant l’aveuglement d’un personnage qui a envie de croire à un espoir factice. Mais comme pour ce personnage, une réelle évolution émotionnelle se déploie dans les mots de l’auteur. Alors qu’elle semble tisser une toile réconfortante et rassurante autour de cette famille, un grain de sable se met dans l’engrenage et tout s’écroule. Tel un château de carte.
Joie, tendresse, détresse, dépression, amour véritable, tristesse, espoir… on passe par tout un éventail.
Et nous en tant que lecteur comment vit-on tout ça? Nous on a l’avantage d’avoir lu les premières pages et donc on sait que la situation n’est pas saine, que quelque chose va avoir lieu même si tout parait d’abord tout beau tout parfait (ou presque).  Enfin c’est ce que j’ai ressenti. J’avais toujours ce sentiment de malaise, de méfiance quand un des personnages étaient en action. Je n’avais pourtant pas imaginé, ou su anticiper ce qu’elle nous réservait avec lui!

 

12992811_10209213650040435_505270499_n
Une nouvelle fois, la plume d’Agnès Martin-Lugand m’a touchée. Le couple de ce roman est très attachant. J’ai aimé les voir ensemble, leur bonheur ainsi que leur amour fait rêver… j’aimerais avoir la même musique qu’eux un jour dans ma tête…

 

A lire aussi mes chroniques de :

Une réflexion sur “J’ai toujours cette musique dans la tête d’Agnès Martin-Lugand

  1. Pingback: Bilan Avril 2017 |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s