Feel good books/Roman

A la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

A la lumière du petit matin
Auteur : Agnès Martin-Lugand
334 p.
Michel Lafon, 2018

résuméÀ l’approche de la quarantaine, Hortense se partage entre son métier de professeur de danse et sa liaison avec un homme marié. Elle se dit heureuse, pourtant elle devient spectatrice de sa vie et est peu à peu gagnée par un indicible vague à l’âme qu’elle refuse d’affronter. Jusqu’au jour où le destin la fait trébucher… Mais ce coup du sort n’est-il pas l’occasion de raviver la flamme intérieure qu’elle avait laissée s’éteindre ?

çacommencepar  Quatre ans. Quatre ans qu’ils étaient partis. Quatre ans que mes parents m’avaient laissée. Quatre ans que, en ce jour de fin février, je venais m’asseoir face à leur olivier, sur le banc en fer forgé que maman affectionnait tant.
 

 

 

cequejenaipenséLe nouveau Agnès Martin-Lugand… Comme chaque année, je l’attends avec impatience. Comme chaque année, je savoure ma lecture. Comme chaque année, ce moment est trop court.

Hortense est une jeune femme qui est à un tournant de sa vie. Elle n’est pas heureuse et un incident va lui ouvrir les yeux, et lui donner l’occasion de s’en rendre compte, de faire le point et de trouver un nouveau souffle. Elle a perdu ses deux parents quatre ans plus tôt et elle n’a toujours pas fait son deuil. Ils étaient très proche. Elle est codirectrice d’une école de danse, et s’épanouit dans les cours qu’elle donne. Mais ses associés veulent s’agrandir et elle ne se retrouve pas dans ce projet. Et enfin, son amant est un homme marié qui se sert d’elle depuis trois ans, mais amoureuse, elle accepte et ravale son amertume.
Un soir, c’est l’accident. Elle doit renoncer à ses cours pendant plusieurs semaines sous peine de ne plus pouvoir danser. Elle réalise que son amant ne la regarde plus de la même façon, et trouve des excuses pour ne plus venir la voir. Comme si sa blessure était coupable de quelque chose. Alors, Hortense fait ses bagages et rejoint la maison familiale dans le Sud, et sa meilleure amie. Dès qu’elle arrive, on ressent un apaisement chez elle. Ce n’est déjà plus tout à fait la même. Elle décide de redonner vie à sa maison et de rouvrir les chambres d’hôtes pour financer quelques travaux. Changement de vie à l’horizon !

Un homme surgit alors. Elias. Sa voiture est tombé en panne et il trouve refuge chez Hortense. Il est taciturne, secret, torturé. L’instinct d’Hortense va la pousser à en savoir plus. Et pourquoi pas à l’aider…

Hortense est une jeune femme que j’aimerais connaître. Elle est douce, généreuse, attentive aux autres. On souffre pour elle et à ses côtés, de sa situation amoureuse. LUI, on a envie de le claquer et de le pousser dans les escaliers tellement il peut être odieux avec elle. Personnellement, j’étais mal à l’aise en sa présence. J’avais envie de lui dire ses quatre vérités!!
Elias est lui  aussi un personnage très émouvant. Sa fragilité, mise en avant, nous ébranle. Sa colère et son dégoût de lui-même sont troublants.
Les personnages secondaires, Bertille, Sandro, Mathieu, Aymeric et Cathie,  sont des personnages clés dans la vie d’Hortense. En positif ou en négatif, ils seront des éléments déclencheurs pour le changement de vie de l’héroïne.

Agnès Martin-Lugand sait parler des émotions, des sentiments. Avec des ingrédients similaires à ses autres romans, l’autrice touche toujours aussi juste grâce à sa connaissance très fine de la psychologie (son métier premier). On peut se projeter dans chacun de ses personnages. Une part de leur personnalité et de leurs problèmes fait écho à nos vies, nous touche pour une raison ou une autre C’est en ça que ses romans sont terriblement sensibles, humains.

Au delà de ses personnages, l’autrice aime aussi poser une ambiance, un décor. A chaque fois que je reposais mon livre, je me disais que j’aimerais bien aller passer quelques jours dans cette maison d’hôte! J’ai fait traîner ma lecture, pour rester encore et toujours avec Hortense. J’avais envie de savoir la fin mais pas envie d’y arriver trop vite! Et à chaque fois, j’éprouve cette dualité de sentiment avec les romans d’Agnès Martin-Lugand! 

12992811_10209213650040435_505270499_n A la lumière du petit matin, on voit la vie sous un autre jour. On renaît. Une page se tourne et un nouveau chapitre est prêt à être écrit. Un roman savoureux. Un roman feel good. Un roman qu’on ne veut pas quitter.

 

A lire aussi mes chroniques de :

Une réflexion sur “A la lumière du petit matin d’Agnès Martin-Lugand

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s