Roman policier

Ne dis rien à papa de François-Xavier Dillard

Ne dis rien à papa

Auteur : françois-Xavier Dillard

314 p.
Belfond, 2017

 

résumé L’instinct maternel est l’arme la plus puissante au monde. Surtout quand on la retourne contre ses propres enfants.
Quatre jours et quatre nuits se sont écoulés avant que la police ne retrouve la victime dans cette ferme isolée. Quatre jours et quatre nuits de cauchemars, de douleurs et de souffrances, peuplés de cris et de visons imaginaires en face de ce jardin dans lequel elle a été enterrée vivante.

Sur un autre continent, loin de cet enfer, Fanny vit avec son mari et leurs jumeaux Victor et Arno. Leur existence bien réglée serait parfaite si elle ne percevait pas, au travers des affrontements qui éclatent sans cesse entre ses enfants, chez l’un, une propension à la mélancolie et, chez l’autre un véritable penchant pour le mal. Chaque jour elle se dit qu’elle ne pourra plus supporter une nouvelle crise de violence, ces cris qui la replongent au coeur d’images qu’elle voudrait tant oublier… À n’importe quel prix…

Et lorsqu’un nouveau voisin s’installe dans la grande maison, elle souhaite offrir le portrait d’une famille parfaite. Mais chaque famille a son secret et le sien est le plus terrible qui puisse exister.

çacommenceparLe bruit de la terre… Chaque pelletée recouvre peu à peu ma tombe et fait un bruit d’avalanche. Un fracas qui s’assourdit au fur et à mesure que la couche de terre s’épaissit au-dessus de mon corps meurtri.
cequejenaipensé Ce roman m’a littéralement prise dans un tourbillon! Une fois commencé, j’avais du mal à le lâcher pour faire autre chose. Dès que je le refermais j’avais cette sensation d’être frustrée, de ne pas encore savoir le fin mot de l’histoire. 
J’ai découvert la plume de François-Xavier Dillard l’année dernière grâce à son exceptionnel roman écrit à quatre mains avec Anne-Laure Beatrix Austerlitz 10.5, et j’avais très envie depuis d’ouvrir un autre de ses romans noirs. C’est désormais chose faite, et je ne le regrette pas!
Son nouveau roman est composé de quatre récits distincts : un jeune ado enterré vivant dans une ferme dans le bush australien ; une famille parisienne qui vit dans le conflit et le non-dit ; des meurtres en série de médecins ; une jeune étudiante en médecine qui s’est fait violer.
Qu’est-ce qui peut bien relier ces quatre intrigues. Parce qu’il faut bien qu’il y ait quelque chose non? L’auteur joue, jongle avec les quatre narrations, avec une chronologie bousculée, floue. Un malaise s’installe chez le lecteur. Les émotions affleurent : peur, dégoût, colère, incompréhension… Les suppositions se multiplient, le lecteur essaie de comprendre, d’assembler ce puzzle compliqué, de faire jour sur ce qui est en train de se jouer au fil des pages. Le rythme est donné par ces alternances. Au début, un des récits semblent plus léger, donne une impression de respiration quand le reste du récit nous tient dans une sorte d’apnée. Mais tout est dans le mot « sembler ». Rien n’est anodin. La vérité, les secrets ne restent jamais cacher. Quoique l’on fasse pour les enterrer. Cette construction est vraiment la force de récit. Car il ne laisse pas le lecteur passif devant sa lecteur. Il cogite, réfléchit, assemble, analyse…
Dans ce roman noir, l’auteur met en place plusieurs personnages, plusieurs pions sur l’échiquier de son récit. Chacun a une psychologie détaillée, travaillée de façon subtile. Chacun apporte sa pierre à l’édifice des relations qui lient chacun de nos protagonistes. Je me suis beaucoup amusée avec le duo de flic chargé de l’enquête des meurtres de médecins. Ils sont vraiment très différent l’un de l’autre mais au final c’est un duo qui fonctionne plutôt bien ensemble. Mais bizarrement pour nous en tant que lecteur, ce ne sont pas eux qui font avancer le récit, ni l’enquête. En réalité, c’est nous, lecteur, qui jouons ce rôle car par le biais des multiples récits qui avançons dans la mise à jour de la vérité. Un autre personnage – dont je ne citerai pas le nom volontairement – est attachant par son histoire, son combat face aux drames de sa vie. Le lecteur tente de le comprendre, d’analyser son comportement, et le talent de l’auteur fait qu’on peut arriver à lui pardonner (ou du moins un peu) ses actes.
12992811_10209213650040435_505270499_n Drames, secrets, passé, vengeance, horreur,… un roman riche en noirceur !

Une réflexion sur “Ne dis rien à papa de François-Xavier Dillard

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #307# |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s