Feel good books/Roman "jeunes adultes"/SF / Fantastique

L’île des disparus – 1. La fille de l’eau de Camilla et Viveca Sten

L’Île des disparus
tome 1 : La Fille de l’eau

titre original : Djupgraven

Autrices : Camilla et Viveca Sten

trad. du suédois par Marina Heide

315 p.

Michel Lafon, 2018

résuméLa timide Tuva n’a pas grand-chose en commun avec ses camarades de classe. Elle ne se sent bien que sur l’île où elle habite, dans l’archipel de Stockholm dont elle connaît chaque recoin. Mais, alors que l’automne arrive, le changement se profile dans ce havre si tranquille. Des gens disparaissent en mer, des ombres se cachent sous les vagues et d’étranges lueurs éclairent la forêt. Lors d’une sortie, l’un des élèves s’évapore à son tour. La jeune fille se retrouve embarquée dans une terrible aventure, là où les vieilles superstitions des marins rencontrent la mythologie nordique…

çacommencepar Lorsque le petit bateau à voile s’écarta du ponton, le temps était calme, mais des nuages bas planaient à l’horizon. Ils emmenaient leur fille en mer pour la première fois.
– On est sûr que c’est prudent ?

cequejenaipensé J’ai découvert l’année dernière les écrits de Viveca Sten et je suis tombée sous le charme de sa plume (Au cœur de l’été). Très rapidement, deux de ses titres ont rejoint ma PAL et il me tarde de les en sortir!

Alors évidemment cette nouvelle parution, écrite à quatre mains avec sa fille, Camilla,  a attiré de suite mon attention. Elle y combine son talent pour le suspens et la tension psychologique avec un univers fantastique tout en remettant au goût du jour les anciennes légendes suédoises. Un mélange plutôt bien réussi pour moi! Une fois ouvert je n’avais qu’une idée en tête me replonger dans ce récit captivant!

Tuva est une miraculée. Bébé, elle est partie en voilier avec ses parents. Alors qu’ils se sont retrouvés au cœur d’une tempête, la bateau a chaviré et elle a disparu en mer. Son père l’a retrouvé plus tard échouée sur une plage, égratignée mais vivante. Pourtant cette aventure, ne lui attire pas des amitiés. Bien au contraire. Vivant au cœur d’une myriade de petites îles, Tuva va dans une petite école, avec classe unique à plusieurs niveaux. Un bateau taxi vient la chercher tous les jours. et tous les jours c’est le même refrain. Elle s’isole. elle fait l’objet de moquerie et de méchanceté de la part des élèves les plus populaires. Mais cela convient à Tuva. Elle préfère être seule qu’entourée de gens faux.

Ce jour-là, c’est l’examen de course d’orientation. Tout le monde se met par équipe de deux, tous… sauf Tuva qui se retrouve une nouvelle fois seule. Un épais brouillard entoure leur île, brouillard qui complique l’épreuve. Alors qu’elle prend un raccourci, elle croise Rasmus, un autre élève. Il est seul, hagard et il fonce dans la forêt. Tuva parvient à l’arrêter et à faire fuir les tas de points lumineux qui lui tournent autour. A-t-elle rêvée? est-ce que c’était bien des elfes? Les secours arrivent et partent à la recherche d’Alex, le binôme de Rasmus.

Tuva et Rasmus, seuls témoins, seront interrogés par la police. Que s’est-il passé? Où est Alex? Est-il parti? Est-il tombé à l’eau ? D’instinct et sans se concerter, les deux ados vont cacher une partie du récit. En même temps, qui va les croire?

A partir de là, les deux jeunes gens qui ne s’étaient jamais parlé (Rasmus n’était même pas sûr de connaître le nom de Tuva! Sympa!) vont trouver chez l’autre un confident. cela permet aussi de se rassurer mutuellement qu’ils ne sont pas en train de devenir fous! Ils vont chercher à comprendre de leur côté ce qu’ils ont pu voir et ce qu’il a bien pu arriver à Alex. Ils vont découvrir que les légendes de l’Île pourraient bien se révéler être véridique. Le mal plane sur les rivages. Tuva va découvrir une facette de son histoire personnelle à laquelle elle ne s’attendait. mais tout prend sens logiquement.

J’ai vraiment apprécié cette lecture où les autrices, Camilla et Viveca Sten, ont su associé avec justesse les différents éléments, poser le décor, l’ambiance glauque et oppressante dans cette région qui fonctionne quasiment en huis clos. J’ai eu l’impression d’être entourée de ce brouillard, de sentir les embruns, et les différentes odeurs décrites au cours des événements. Elles ont su vraiment me plonger au cœur du récit et je n’avais aucune envie de quitter les personnages en péril. J’ai également apprécié de découvrir les légendes nordiques, celle du peuple de l’eau et des forêts, qui je pense sera plus développé dans les tomes à venir).

L’autre point intelligent de ce récit, c’est qu’au delà de poser une intrigue fantastique et de suspens, les autrices lancent un appel à la citoyenneté et à la défense de l’environnement. En effet, elles y parlent de pollution et de destruction de la vie marine. D’ailleurs, elles entrent plus en détail sur les faits en annexe. On apprend ainsi que la Mer Baltique ne fait que 55 m de profondeur en moyenne (contrairement à la Méditerranée qui en fait 1500 mètres!), qu’il s’agit d’une des mers les plus polluées au monde et qu’en Suède on trouve 133 déchets tous les 100 mètres sur les plages. C’est un constat triste et cruel. Ainsi, ce roman se révèle être un plaidoyer implicite en faveur de l’environnement.

 

en bref Un roman fantastique à suspens hyper efficace. Impossible de le quitter! Vivement la suite!

Une réflexion sur “L’île des disparus – 1. La fille de l’eau de Camilla et Viveca Sten

  1. Pingback: C’est lundi, que lisez-vous? #337# |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s