Documentaires

La Vie secrète des animaux de Peter Wohlleben

La Vie secrète des animaux
Amour, deuil, compassion : un monde caché s’ouvre à nous

titre original : Das Seelenleben der Tiere : Liebe, Trauer, Mitgefühl – erstaunliche Einblicke in eine verborgene Welt

Auteur : Peter Wohlleben

trad. de l’allemand par Lise Deschamps

Lu par Thibault de Montalembert

7h02

Audiolib, 2018
Éditions des Arènes, 2018

résumé Le talent de conteur et de vulgarisateur de Peter Wohlleben continue d’opérer avec La Vie secrète des animaux. Les droits des animaux, la prise en compte de leur intelligence et, plus récemment, de leur conscience, la question de la souffrance animale, tous ces sujets sont au cœur de l’actualité. Après les arbres, Peter Wohlleben nous ouvre, à sa manière toujours simple, personnelle et imagée, les portes d’un nouveau monde caché : non plus seulement la pensée ou l’intelligence animales, mais le champ complet de leurs émotions.

 

La Vie secrète des animaux de Peter Wohlleben (extrait, lu par Thibault de Montalembert)

cequejenaipenséLa Vie secrète des arbres m’avait passionné il y a quelques mois. J’avais aimé le talent de conteur de Peter Wohlleben qui nous faisait part simplement et de façon passionnée de ses observations et de ses connaissances du monde végétal. Le garde forestier allemand récidive dans ce nouvel consacré cette fois à la vie animale.
Des coqs qui mentent à leurs poules ? Des biches en deuil ? Des chevaux qui éprouvent de la honte ? Il y a encore quelques années, tout cela relevait d’un fantasme nourri par les amis des bêtes qui, pour mieux se rapprocher de leurs protégés, prenaient leurs désirs pour la réalité. Moi le premier, qui suis depuis toujours entouré d’animaux. Qu’il s’agisse du poussin qui m’avait élu pour maman quand j’étais petit, des chèvres qui font chaque jour résonner leurs joyeux bêlements autour de chez nous ou encore des animaux de la forêt que je croise lors de mes rondes quotidiennes, je me suis toujours demandé : qu’est-ce qui peut bien se passer dans leurs têtes ? Sommes-nous vraiment les seuls, nous autres humains, à goûter toute la palette du ressenti, comme les scientifiques l’ont longtemps affirmé ? Serions-nous une exception biologique, les seuls êtres vivants à même de mener une existence consciente et accomplie ?
Chapitre après chapitre, il nous conte sa vision du monde animal. Une vision raisonnée, intéressée, et documentée. En effet, autant la vie d’une forêt n’a pas de secret pour lui : c’est son univers, son métier, sa passion, autant la vie des animaux est plus une sorte de « loisirs » si je puis dire. Il est plus comme la plupart des gens, un observateur amateur. Dans ce nouvel essai, il passe de thème en thème (amour, deuil, émotion, famille,est-ce qu’ils ont froid? peur? …), et nous présente ses observations auprès des animaux qui évoluent chez lui ou dans les environs proches (corneille, cerf, lapin, chien…). Il nous fait donc part de son expérience personnelle, les analyses avec son raisonnement et ses connaissances. Mais, il complète ce travail d’observations et réflexions avec des études scientifiques qui illustre ses propos.
Cette ballade au cœur de la vie animale est passionnante et instructive. Les différentes anecdotes ou propos m’ont souvent rappelés mes propres constatations, m’ont parfois surprise, et d’autres fois m’ont semblé si logiques.
Il nous offre une réflexion profondément humaine et respectueuse de la vie animale. Une vision riche en leçon sans être moralisatrice.
Soyez sans crainte : je ne suis pas en train de plaider pour la déprime au petit déjeuner et le dégoût au dîner. […] Ce que je souhaite, c’est plutôt que nous devenions un peu plus respectueux du monde animé qui nous entoure, qu’il s’agisse des animaux ou des végétaux. Cela ne signifie pas forcément renoncer à toute utilisation, mais accepter de limiter un peu notre confort, ainsi que notre consommation de biens biologiques. Quelle sera notre récompense ? Des chevaux, des chèvres, des poules et des cochons plus guillerets ; des cervidés, des martres ou des corvidés contents, qui se laissent observer, y compris, pour ces derniers, en train de crier leur nom… Et alors, notre système nerveux central sécrétera des hormones propres à répandre en nous un sentiment auquel nul ne saurait résister : le bonheur !
Dans cette version audio, c’est une nouvelle fois Thibault de Montalembert qui prête sa voix au forestier. Une voix de conteur idéal pour la narration de cette ouvrage, qui nous emmène dans une sorte de ballade naturaliste.
12992811_10209213650040435_505270499_n Un ouvrage passionnant raconté par un passionné. Une approche de la nature abordable par tous ! Je vous le conseille.

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s