Roman "jeunes adultes"

Des astres de Séverine Vidal

Des astres

Autrice : Séverine Vidal

234 p.

Sarbacane, 2019 (Exprim)
 

résumé C’est l’histoire de Pénélope, une fille que sa mère n’a jamais su aimer. Une fille transparente, timide, terrifiée par la vie… au point de ne pas se sentir la force, le jour venu, d’élever son bébé.
Au point de l’abandonner en pensant le sauver.

C’est l’histoire de Romane, une fille qui n’a jamais connu sa mère biologique. une fille heureuse, épanouie, gourmande de vie… mais à qui il manque toujours quelque chose.
À qui il manque toujours quelqu’un.

C’est l’histoire des mères et de leurs filles, qui raconte combien parfois, les mères peuvent nous détruire et combien parfois, elles nous sauvent.

 

cequejenaipensé Des astres ou désastres…  à la lecture de ce roman le titre prend tout son sens. 

Relation mère-fille… les choses ne sont pas forcément simples, allant de soi. Pénélope en est malheureusement la preuve. Pénélope ne fait jamais rien comme il faut, mérite mieux que son boulot de prof dans un lycée bas de gamme, elle ne sait pas s’habiller, ne sait pas choisir ces hommes… Depuis toujours sa mère lui sape le moral, la détruit à petits feux. Jamais le moindre compliment ou merci. Même un cadeau d’anniversaire ne convient pas. Sa vie prend un nouveau souffle quand elle croise le chemin de Jeff dans la salle des profs. C’est le coup de foudre entre eux. Pénélope revit, a désormais l’impression d’être importante d’exister pour quelqu’un même si sa mère reste toujours aussi mauvaise… Mais…

Romane est la fille adoptive de Nath et Loïc, ses « p’tits vieux » comme elle les appelle affectueusement. Ils ont une relation de complicité, très tendre, aimante. La communication entre eux a toujours été quelque chose d’important. Alors quand Romane a voulu connaître ses origines, surtout savoir le pourquoi… ils l’ont soutenu. Elle a connu une grosse cirse identitaire mais maintenant le calme est revenu sauf qu’elle reçoit enfin, deux ans après cette demande, un courrier administratif lui annonçant que sa mère biologique voulait bien la rencontrer… le rendez-vous est pris mais l’angoisse, la peur de la déception et la colère prenne le dessus… et on peut la comprendre…

Séverine Vidal nous offre ici des portraits de mères forts : la mère aimante et protectrice et celle destructrice, toxique. Ce roman ce sont les dégâts causés par l’une, l’amour – parfois maladroit – des autres.

Elle ne connaît pas cet homme, ce grand-père qui ne l’a jamais prise dans ses bras, qui ne l’a pas fait sauter sur ses genoux, qui ne l’a pas emmenée pêcher, qui ne lui a pas appris à faire des ricochets ni montré comment enlacer le tronc d’un arbre pour l’entendre respirer, qui n’est pas mort en lui tenant la main. Il n’a rien fait de tout ça, non, mais il a fait quelque chose d’autre : il lui a offert ce sourire-là. Et elle s’est servie, souvent, de ce sourire, de ces paroles muettes et de ces bras ouverts, pour se sentir mieux quand, dans sa vie, le sol lui semblait se dérober sous ses pieds. Il a été, sans le savoir, la terre solide que l’on arpente, l’eau du lac où lancer des pierres plates ; il a été la main serrée fort, le chêne à enlacer.

Cette lecture bouscule son lecteur car il va encore plus loin que la maltraitance psychologique de la mère (mais je ne peux et ne veux pas en dire plus ici). Il est dur, difficile mais essentiel. Séverine Vidal y parle avec sensibilité des victimes de ces personnes malveillantes, de la façon dont ils se sentent coincés. Ils ont ici l’impression que personne ne les croirait, ne pourrait les comprendre. Ils sont enfermés dans un cercle vicieux de souffrance, de peur, et d’espoir que cela pourrait n’être qu’un cauchemar et que tout va finir par s’arranger.

Ce roman est riche en émotion. Vous aurez sans nul doute la gorge serrée par moment, à d’autres les larmes aux yeux, mais vous aurez aussi du baume au cœur, et l’envie de sourire avec ces deux héroïnes touchantes.

Je savais avant d’ouvrir ce roman qu’il allait me troubler. Il m’a fallu attendre le bon moment pour l’ouvrir et ne plus vouloir le lâcher (Quelqu’un qu’on aime m’avait fait le même effet d’ailleurs). Et ce moment ça a été après ma rencontre avec l’autrice samedi dernier au salon Lire en poche à Gradignan (à côté de Bordeaux). 

en bref Perturbant, émouvant, sensible… le dernier roman de Séverine Vidal est un livre à lire !

 

5 réflexions sur “Des astres de Séverine Vidal

  1. Déjà que j’avais l’intention de le lire… Rien que pour l’autrice que j’aime de plus en plus après chaque lecture. Et ton avis… Il m’a mis les larmes aux yeux lui aussi tout comme semble l’avoir fait ce livre avec toi ! Un très bel avis dans la lignée de ta lecture semble-t-il. Merci !

  2. Pingback: C’est lundi que lisez-vous ? #420# |

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s