Roman

Ce que les étoiles doivent à la nuit d’Anne-Gaëlle Huon

couv71575223Ce que les étoiles doivent à la nuit

Autrice : Anne-Gaëlle Huon
Lu par Florine Orphelin et Philippe Spiteri

7h16
Audiolib, 2022
320 p.
Albin Michel, 2021

résumé Il n’y a pas de hasard, dit-on, seulement des rendez-vous. C’est ce que va découvrir Liz, cheffe prodige et étoilée, en partant au Pays basque sur les traces de sa mère. Dans un petit village perdu, elle rencontre M. Etchegoyen, dandy insaisissable et plein de panache, qui lui confie les clés de son restaurant et un défi à relever : faire de sa gargote une adresse gastronomique. Mais Peyo, le chef, ne voit pas arriver cette étrangère d’un bon œil. L’un et l’autre vont devoir s’apprivoiser et affronter ensemble les fantômes de leur passé.

cequejenaipenséDe retour au Pays Basque, du côté de chez les Demoiselles. Anne-Gaëlle n’en avait pas fini avec Rosa et ce village basque. Elle avait besoin d’y retourner…e t ça tombe bien moi aussi !

(Il s’agit ici d’une suite indirecte. L’un peut se lire sans l’autre, l’autre peut se lire avant l’un… mais un conseil : n’hésitez pas à les découvrir les deux!).

Liz jeune cheffe déjà étoilée vient de voir sa vie virer au cauchemar. Un problème d’intoxication alimentaire dans son restaurant conjugué à une plainte pour harcèlement moral… Son rêve, sa passion pour la cuisine… elle n’a plus rien. Alors, elle s’éloigne de ses problèmes. Dans ce village, il y a un restaurant qui vivote, d’autant que le chef en place, Peyo, est très caractériel. Le nouveau propriétaire, M. Etchegoyen, lui propose un défi : réhabiliter l’établissement et en faire un restaurant gastronomique. Démunie et ayant besoin d’argent, elle accepte. et c’est un sacré défi car le lieu est éloigné, donc il va falloir faire fort pour attirer les touristes. Mais Liz, même si elle est désespérée par ce qui lui arrive, y voit l’occasion de prouver ce qu’elle vaut vraiment, et ça lui permet surtout d’avoir une échappatoire, un défouloir, un objectif pour ne pas se laisser aller. Et quand elle a une idée en tête, elle ne lâche rien.
Alors elle remonte ses manches. Décoration, restructuration, embauche, création d’une carte ambitieuse… Elle a la confiance totale du propriétaire. Mais pas du tout celle du chef Peyo. Dans un premier temps, c’est une rivalité constante entre les deux. et c’est assez comique !

Mais des événements dramatiques touchant la nouvelle famille en train de se créer autour de Liz vont faire qu’ils vont devoir s’apprivoiser, s’accepter et construire ensemble.

En parallèle de ce défi ambitieux, une autre histoire nous est raconté. Celle de Balthazar, un jeune homme débrouillard et un peu vantard. Surtout devant son père qu’il n’aime pas décevoir. Alors qu’il passe son temps à magouiller au Casino, il déclare un beau jour à son père qui adore lire le journal qu’il vient d’être embauché et qu’il va interviewer La Marquise, un personnage aussi emblématique que secret local. Alors, il n’a plus le choix. Il va sur place. Et découvre un lieu étrange, où un singe côtoie un zèbre, où il faut montrer patte blanche pour être invité. Mais il va y arriver, avec son bagou exceptionnel, et il va y faire une rencontre qui va changer sa vie.

Alors, Anne-Gaëlle avec toute la justesse émotionnelle et la poésie qu’elle maîtrise alterne ces deux histoires. Et très vite, on comprend le lien entre elles. Une jolie histoire, dans un beau cadre, avec des personnages charismatiques, forts et terriblement attachants. Un seul regret : vouloir y rester quand le dernier mot est posé.

Ce roman fait saliver! Je vous préviens (à part les recettes d’escargot qui ne me font pas rêver mais qui sont bien locaux!). J’ai vraiment apprécié le caractère des personnages et la façon dont ils interagissent. J’ai apprécié également la thématique des femmes en cuisine : jalousie, ambiance, pression… Mais pas seulement. Car au-delà de ce thème professionnel, il y a les parcours de vie et ses embûches. Chaque personnage croisé entre ses pages doit se reconstruire, pour diverses raisons. Le combat d’une femme pour son rêve, celui d’une mère pour sauver son enfant, celui d’un homme malheureux seul, celui d’un homme qui espère.

Dans ces combats solitaires, ils vont porter ensemble leur reconstruction. Se trouver pour aller mieux. Se trouver pour s’associer, s’entraider, se consolider…

Les mots d’Anne-Gaëlle Huon m’ont une nouvelle fois transporté au plus près de ses personnages. Et j’étais d’autant plus près de leurs émotions grâce à l’interprétation des deux lecteurs : Florine Orphelin (voix que j’ai apprécié de retrouver si tôt de la fin de mon écoute de la trilogie de Marie-Bernadette Dupuy, Le Mystère Soline) et Philippe Spiteri (une première audiolecture avec cette acteur : une voix grave et profonde qui incarne bien la personnalité fantasque du jeune Balthazar).

Merci aux éditions Audiolib et à Net Galley pour cette belle écoute !

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s