Roman policier / Thriller

Le Journal de ma disparition de Camilla Grebe

9791035405120-001-TLe Journal de ma disparition

titre original : Husdjuret 

Autrice : Camilla Grebe

trad. du suédois par Anna Postel

Lu par Audrey Sourdive

11h32

Audiolib, 2021
Calmann-Lévy, 2018

 

résuméIl y a huit ans, la jeune Malin, alors adolescente, a découvert une fillette enterrée dans la forêt de Ormberg, une ville suédoise isolée. On n’a jamais pu identifier la petite victime.
Devenue une jeune flic ambitieuse, Malin est affectée auprès de Hanne, la célèbre profileuse, et de l’inspecteur Peter Lindgren, qui reprennent l’affaire. Mais Peter disparaît du jour au lendemain, et Hanne est retrouvée blessée et hagarde dans la forêt.
Le seul témoin est un adolescent qui aime errer dans les bois enneigés, la nuit. Sans le dire à personne, il récupère le journal que Hanne a laissé tomber et se met à le lire, fasciné…
Désormais seule dans son enquête, Malin est appelée sur les lieux du tout premier crime : une nouvelle victime a été découverte. Et si tous ces faits étaient tragiquement liés ?

cequejenaipensé

Nouvelle audiolecture pour moi avec un polar suédois ! Camilla Grebe nous embarque dans un bourg où il ne se passe plus grand chose alors que les usines ferment une à une.
Malin, une jeune flic, fait équipe depuis peu avec Hanne et Peter, respectivement profileuse et inspecteur, que les lecteurs ont pu rencontrer dans le précédent opus Un cri sous la glace. Mais cette fois, c’est Malin qui est aux manettes. En effet, Hanne et Peter ont disparu. Et Hanne est retrouvée, hagarde, blessée et amnésique dans une forêt. Qu’a-t-il bien pu se passer ? Un éventuel témoin est recherché mais ne donne pas signe de vie. Et il a une bonne raison.
Nous nous savons de qui il s’agit : un jeune ado qui aime s’évader, s’aérer, s’éloigner de l’ambiance violente et autoriatire de son foyer. Et c’est bien lui qui découvre Hanne mais il ne faut pas que ça se sache. Avant de fuir, il récupère un carnet : le journal de Hanne. Curieux, et suivant de loin l’enquête, il se dit qu’il y a peut-être la solution dans ces carnets. Alors il va les lire, petit à petit et non d’une traite  : alors que la plupart des gens auraient sûrement commencé par la partie la plus récente, lui commence au début pour connaître cette femme. Et on réalise qu’il s’agit bien plus qu’un journal intime. C’est un journal de vie, un journal essentiel. Et c’est bien le problème pour ce jeune homme !

Si tu fuis, assure-toi que tu n’essaies pas d’échapper à toi même.

Malin, elle, est confrontée à une enquête complexe car elle a très peu d’éléments pour comprendre ce qu’il s’est passé. Et surtout le temps est compté pour retrouver Peter. Cette histoire rappelle à toute la ville et à Malin en particulier une affaire qui a secoué toute la communauté des années auparavant, dans cette même forêt : le corps d’une enfant avait été retrouvé (par Malin qui était alors une ado) mais n’a jamais été identifié. L’instinct de Malin la pousse à imaginer un lien entre ces deux histoires (et pour nous lecteurs on se dit que ce serait logique sinon on ne nous en aurait pas parlé). En place cette intrigue mystérieuse dans un petit village suédois, l’autrice en profite pour aborder un sujet délicat : la place des migrants. Un refuge a été installé dans ce village alors que les habitants ont du mal à s’en sortir et cela met en exergue une méfiance, une  xénophobie ambiante. Pour une grande partie de la population, eux seuls peuvent être les coupables. L’autrice se sert ainsi de ses personnages pour mener une réflexion sur ces préjugés, amenant vers un message de tolérance tout en comprenant certaines réticences et jalousies…

Ici, il ne se passait jamais rien, ce qui justifiait peut-être l’engouement des habitants pour les histoires de revenants: ils les inventaient pour ne pas mourir d’ennui.

Cette enquête, avec en arrière plan une crise social, amène vers d’autres sujets délicats que je vous laisse découvrir. J’ai apprécié l’ambiance glaçante du lieu, les rencontres, les personnages. Camilla Grebe se sert de ce roman comme une transition pour ses personnages pour les prochains tomes que je suis très curieuse de découvrir.

Dans la version Audiolib, c’est Audrey Sourdive qui donne corps à ce texte avec beaucoup d’intensité. Je venais juste de terminer l’écoute des Possibles de Virginie Grimaldi lu par la même actrice. Deux registres radicalement différents. J’ai cru que d’enchaîner de lectures avec la même voix allait me perturber. Mais non car Audrey Sourdive s’adapte à tous les registres, toutes les ambiances avec brio. (Je vous invite aussi à découvrir ses autres performances dans Le Bal des folles de Veronica Mas et Ici n’est plus ici de Tommy Orange).

en bref Un polar suédois sous fond de crise sociale et de mystère local. Une jolie découverte!

 

Une réflexion sur “Le Journal de ma disparition de Camilla Grebe

Un petit mot ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s